Partager

EN INTRODUCTION… Une startup israélienne fait « parler les arbres ». Quinze millions de dollars : c’est la somme levée par la startup SeeTree, spécialisée dans le big data appliqué aux arbres. La startup israélienne a développé un service qui crée « le dossier médical des arbres ».

Concrètement, des caméras et des capteurs recueillent des données sur chaque arbre, mais à grande échelle puisque la startup peut effectuer cette collecte sur des millions d’arbres. Des algorithmes d’apprentissage automatique analysent ensuite les données et en tirent des enseignements, comme la quantité et la qualité des fruits produits. L’objectif : donner des conseils aux agriculteurs et leur permettre de détecter en amont les maladies, de mieux irriguer et de mieux fertiliser les parcelles pour, in fine, améliorer grandement leur rendement.

1. FRANCE-ISRAËL. La plateforme française de streaming Deezer va acquérir la start-up israélienne MUGO dans le cadre d’un accord global avec le conglomérat mexicain Grupo Salinas.

Deezer est une plateforme française de distribution numérique dédiée à l’écoute de musique en streaming sous la forme d’un site web et d’applications mobiles, lancé en août 2007.

Dans le cadre de cet accord, le groupe mexicain va investir 40 millions de dollars (35 millions d’euros) dans la société française, qui pourra ensuite acheter des parts dans la start-up israélienne. L’entreprise MUGO, fondée par Ori Segal, Roman Slutsky et Shay Goldberg, a développé une technologie « Live Share », qui permet à des auditeurs de se synchroniser à un moment précis d’une chanson, même à partir de plateformes musicales différentes.

2. PUCE. Les nouveaux écouteurs du géant américain Google sont équipés d’une puce dotée de capacités d’intelligence artificielle, conçue par l’entreprise israélienne DSPG. « Pour nous, avoir réussi à concevoir cette puce est une très grande victoire, tant au niveau stratégique qu’au niveau technologique », s’est félicité Ofer Elyakim, le président de l’entreprise.

« Notre puce fonctionne grâce à des algorithmes d’apprentissage automatique. Les écouteurs attendent les commandes vocales de l’utilisateur et les algorithmes font le reste. » « Les écouteurs captent également les sons environnants : s’il y a beaucoup de bruit, le volume [provenant des écouteurs] augmente automatiquement. » M. Elyakim a précisé avoir pénétré le marché des puces intelligentes avec un certain nombre d’acteurs de renom, tels que Google mais aussi le groupe japonais d’électronique Panasonic.

« Panasonic est en train de concevoir une nouvelle ligne de casques de nouvelle génération qui devrait être lancée vers octobre-novembre aux Etats-Unis », a expliqué M. Elyakim. « Nous sommes responsables du système audio de leurs nouveaux casques qui vise à filtrer tout le bruit environnant ».

3. MOUSTIQUES. Un laser pour se débarrasser des moustiques. Tuer un moustique n’est pas très simple. Le localiser, en revanche, peut être plus compliqué. La startup israélienne Bzigo a trouvé la solution : un laser, qui se pose sur n’importe quelle surface et qui scanne en permanence les murs. Lorsqu’il repère un moustique, il l’entoure d’un rayon rouge, permettant à l’occupant de localiser l’insecte puis de le tuer. L’objet connecté – via le wi-fi de la maison – peut également envoyer une notification sur le smartphone du propriétaire à chaque fois qu’il repère un moustique. Le produit devrait être disponible en 2021.

4. IMAGERIE MEDICALE. 27 millions de dollars c’est le montant de la dernière levée de fonds de la startup israélienne Aidoc, spécialisée dans l’intelligence artificielle pour l’imagerie médicale. Sa solution permet de détecter rapidement les anomalies difficiles à repérer à l’oeil nu, pour améliorer la rapidité du diagnostic et du traitement, notamment pour les cas les plus critiques. Aidoc est déjà déployé dans une centaine d’hôpitaux et a analysé plus d’un million de scanners. Elle prévoit prochainement d’adapter sa technologie à l’analyse des IRM.

5. L’HOMME DU JOUR. DANIEL GOLD. Au moment où Israël est confronté à une deuxième vague de contamination au coronavirus, le concepteur du bouclier antimissile israélien « Dôme de fer » se lance dans une nouvelle bataille. Responsable de la recherche et du développement au ministère de la Défense, Daniel Gold, docteur en génie électrique de 58 ans, participe aux réunions sur les technologies médicales.

L’ingénieur et son équipe collaborent étroitement avec le système de santé, mettant au point notamment des respirateurs et travaillant sur un test de dépistage du virus capable de donner en moins d’une minute des résultats précis.

Le virus a attiré l’attention de pays « avec lesquels nous n’avions jamais travaillé auparavant », ajoute M. Gold. La recherche sur le nouveau coronavirus « crée déjà de nouvelles relations », a affirmé Daniel Gold qui pour l’heure multiplie avec ses associés les essais s’en remettant à l’intelligence artificielle, à des tests sur l’odorat et la respiration, assisté par des partenaires gouvernementaux et du secteur privé.

6. RADAR. Un radar révolutionnaire pour les voitures autonomes.

Détecter une présence cachée derrière un gros objet, telle est la prouesse d’un laser conçu par des chercheurs de l’université de Tel-Aviv. Pensé pour la voiture autonome, ce radar optique à haute résolution peut, par exemple, envoyer un ordre de freinage immédiat après avoir détecté la présence d’un enfant derrière une voiture garée. Les chercheurs ont utilisé la tomographie optique cohérente (OCT), une technique d’imagerie médicale qui utilise une onde lumineuse pour fournir des images en 3D de haute résolution.

Partager