Partager

Bonjour Chers Auditeurs de Radio J.

Excellente nouvelle! Le satellite de reconnaissance israélien Ofek (Horizon) 16 a été lancé avec succès ce lundi à 4 heures du matin par Israel Aerospace Industries et le Ministère de la Défense. Le satellite Ofek 16 est un système électro-optique d’observation.

Nathalie Sosna-Ofir : »Lancement réussi, cette nuit, à 4 heures du matin, heure locale, du nouveau satellite espion israélien Ofek 16 ! Un satellite d’observation électrooptique très sophistiqué qui entre dans le cadre de la surveillance des activités nucléaires de l’Iran. Et ce en pleines tensions entre Jérusalem et Téhéran. Israël aurait attaqué virtuellement ou à l’aide d’explosifs le site nucléaire iranien de Natanz, dans la nuit de jeudi à vendredi, qui abrite des centaines de centrifugeuses contenant du gaz chloré destiné à l’enrichissement de l’uranium. D’ici à quelques jours, quand il entrera dans l’orbite de la Terre, le satellite commencera à envoyer des photos très précises depuis l’espace. « Un succès considérable » a réagi sur tweeter Benny Gantz, le ministre israélien de la défense. « Notre supériorité en matière de technologie et de renseignement est la pierre angulaire de la sécurité d’Israël »
Le lancement de Ofek 16 est le premier depuis 2017, lorsqu’Israël a lancé Spacecom’s Amos-17 (Floride). Amos-17 est un satellite de communication commercial israélien, qui fait partie de la série de satellites AMOS. Le satellite de communication israélien Amos 17 avait été lancé avec succès depuis le centre spatial de Cape Canaveral en Floride, devenant ainsi le quatrième satellite israélien en orbite.

Le lancement avait eu lieu à 02h23, trois jours et trente minutes plus tard que prévu, l’entreprise américaine SpaceX ayant craint une défaillance de l’un des moteurs de lancement. Conçu par la société israélienne Spacecom en étroite collaboration avec l’équipe de Boeing, Amos 17 a été chargé de fournir des services Internet, cellulaires, et de télévision principalement au continent africain.

De nombreuses commandes de services, dont la valeur avoisinait les 58 millions de dollars avaient déjà été enregistrées en amont du lancement du satellite, qui devrait rester en orbite pendant près de 20 ans, et son départ effectif entraînera vraisemblablement d’importants contrats supplémentaires. Selon Spacecom, la conception unique, les technologies qui y sont intégrées et l’emplacement prévu dans l’espace permettront à Amos 17 de couvrir tous les pays d’Afrique de manière très large et avec le plus haut niveau de disponibilité de services. C’était le huitième satellite lancé par la société israélienne. Le premier, Amos 1, avait pris son envol en 1996, quatre ans après la création de Spacecom.  Au total, trois satellites spatiaux de télécommunication sont actuellement opérationnels, Amos 3, 4 et 7. Amos 17 les a rejoint.

A. AMDOCS. En pleine crise du Corona-19, une grande surprise dans le monde économique israélien. Le Groupe Amdocs (25 000 employés dans le monde dont 4000 en Israël) a annoncé le licenciement de plus de 1000 employés. L’annonce a vraiment choqué le monde du hightech israélien qui s’attendait à tout… sauf à ce licenciement massif qui va toucher de nombreux israéliens.

Née en Israël, Amdocs est une entreprise multinationale dont le siège social se trouve pour des raisons fiscales à Chesterfield, Missouri.

Amdocs est spécialisée dans le logiciel et les services pour les fournisseurs de services de communication, de média et des fournisseurs de service financiers ainsi que pour les entreprises du numérique. L’entreprise a été créé en 1982 comme une dérivation des Golden Pages, l’entreprise Israélienne d’annuaire téléphonique appartenant à Aurec Group et dirigée par Morris Kahn. Avec d’autres employés des Golden Pages, Kahn a développé un programme logiciel de facturation pour les entreprises fournissant des annuaires téléphonique, et avec Boaz Dotan ont établi une entreprise appelée Aurec Information & Directory Systems afin de commercialiser ce produit.

B. BANQUES.

L’autorité bancaire israélienne a envoyé une lettre aux organismes de crédit, leur demandant de faire preuve de souplesse auprès des clients (surtout le hightech) faisant face à des difficultés financières en cette période de crise économique, et les exhortant « d’épuiser toutes les voies possibles » avant d’engager des poursuites judiciaires contre ceux qui auraient du mal à rembourser leurs prêts.

« Conformément aux directives de surveillance existantes, si un client rencontre des difficultés financières et a du mal à respecter ses obligations envers la société bancaire, celle-ci doit tenter d’épuiser toutes les voies possibles pour recouvrer toutes les composantes de la dette avant d’engager une procédure judiciaire, tout en maintenant l’équité et la transparence tout au long du processus de recouvrement de créances », a écrit Yair Avidan, superviseur des banques de la Banque d’Israël dans une lettre aux organismes.

C. 10 ANS D’ISRAËL DANS L’OCDE.

Le secrétaire général adjoint de l’OCDE, Ulrik Knudsen, a affirmé qu’Israël était « à l’avant-garde » en matière de numérisation, de cyber et de technologie médicale. « Le niveau israélien en matière de développement et de numérisation est deux fois plus élevé que celui des autres pays de l’OCDE », a déclaré Knudsen. « Israël possède l’un des niveaux les plus élevés d’accessibilité à Internet pour les enfants jusqu’à 6 ans et de nombreuses informations dans le domaine de la sécurité des réseaux. L’Etat hébreu contribue énormément à nos connaissances », a-t-il ajouté. « Israël a consacré beaucoup de ressources à la cyber-technologie et à la numérisation », a encore souligné U. Vestergaard Knudsen.

L‘écosystème de start-ups de Tel-Aviv occupe la sixième place mondiale selon le classement « Global Startup Ecosystem Report for 2020» publié le mois dernier, à égalité avec Los Angeles. L’exportation des produits et services israéliens liés à la cybersécurité a totalisé 6,5 milliards de dollars (5,7 milliards d’euros) l’an dernier, selon le rapport.

D. OCDE BIS. A l’occasion du 10e anniversaire de l’entrée d’Israël à l’Ocde, son président José Gurría a dressé un bilan de la présence et de l’action d’Israël au sein de l’organisation : « Israël collabore de manière excellente avec l’Ocde et je peux dire de manière claire qu’Israël est devenu non seulement un membre mais aussi un associé significatif dans notre organisation.

La force et la puissance d’Israël sont connues de tous, particulièrement dans les domaines des start-up et de l’innovation ». Il a rappelé un souvenir de son dernier voyage en Israël lors duquel il avait rencontré le président de l’organisation « Start-up Nation Central », qui lui avait révélé qu’il y avait plus de start-up en Israël que dans toute l’Europe!!

José Gurría a également évoqué la question du Corona et a estimé qu’Israël s’est mesuré de manière satisfaisante à cette pandémie, et a rajouté que l’Etat juif dispose de toutes les ressources pour se relever rapidement. L’Ocde va publier le mois prochain un rapport global sur la situation dans les pays membres face au Corona, avec notamment ses prévisions pour chaque pays dans les domaines médical, économique et fiscal. L’ambassadeur d’Israël à l’Ocde, Elie Lev a souligné l’importance de l’adhésion d’Israël à cette importante organisation internationale : « Cela nous permet de mieux préparer les défis de l’avenir car l’Ocde est aujourd’hui l’une des plus importantes sources d’informations et d’expérience pour tout ce qui a trait aux politiques publiques tout comme la Banque mondiale et la Fonds monétaire international. Aucune autre organisation économique internationale ne connaît mieux nos atouts et nos faiblesses que l’Ocde et notre présence dans l’organisation nous permet d’être parmi les pays qui mènent le débat international dans toute une série de dossiers économiques et sociaux… ».

E. RAFAEL. Des entreprises d’Israël et des Émirats arabes unis ont signé jeudi un accord pour unir leurs forces en matière de recherche et de développement technologique dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Group 42, une entreprise technologique basée à Abou Dhabi, a signé un protocole d’accord avec les entreprises israéliennes Rafael Advanced Defense Systems et Israel Aerospace Industries, selon l’agence de presse émiratie WAM. Les représentants des entreprises ont organisé une cérémonie de signature de l’accord par vidéoconférence.

« Chez G42, nous considérons la coopération internationale comme un moyen de développer des solutions technologiques nouvelles et innovantes pour le bien public », a commenté Group 42 dans une déclaration, selon WAM. « Notre société a le privilège de suivre l’exemple et de partager ses ressources et son expertise avec Rafael et IAI pour une cause aussi importante. » Israel Aerospace Industries a confirmé l’accord dans une déclaration, en disant : « Israel Aerospace Industries a signé un accord de coopération historique avec la société Group 42 d’Abou Dhabi, la capitale des EAU. » « Le coronavirus traverse les continents, les nations et les religions, et coopérer pour des solutions révolutionnaires est de la plus grande importance », a indiqué l’entreprise. « Nous sommes fiers de nous joindre à l’entreprise Group 42 des EAU et espérons que cela conduira à une future coopération entre les deux pays. » Les communiqués n’ont fourni aucun détail sur les projets communs, ni sur la façon dont le partenariat se poursuivra. Selon le site web de la société d’Abou Dhabi, Group 42, également connu sous le nom de G42, est spécialisé dans l’intelligence artificielle et en cloud computing.

Sources : IsraelValley, LPH, Times of Israel, Times, Herald Tribune, Telavivre…

 

Partager