Partager

EDITORIAL LPH. Le parlement autrichien a adopté à l’unanimité une motion appelant le gouvernement à prendre des mesures contre le Hezbollah. Le Nationalrat (Parlement) lance également un appel à l’Union européenne pour qu’elle mette fin à sa politique de distinction factice entre « aile militaire » et « aile politique » de l’organisation terroriste.

Après l’Allemagne, il s’agit du quatrième Etat européen qui va dans ce sens après la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l’Allemagne. La France reste quant à elle toujours campée sur sa politique de voir dans le Hezbollah un partenaire de dialogue…

Gaby Ashkenazy, le nouveau ministre des Affaires étrangères a remercié le parlement autrichien pour sa décision. Il a rappelé que cette décision autrichienne, comme celle des trois autres pays, est le fruit d’efforts intenses déployés par la diplomatie israélienne et le ministère des Affaires étrangères dans la sphère internationale.

Il y a trois mois, l’Autriche avait déjà pris des mesures contre le BDS dans le cadre de la lutte contre l’antisémitisme et l’antisionisme.

C’est Vienne également qui lors de sa présidence de l’Union européenne avait réactualisé la déclaration IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance) qui donne une définition plus complète de l’antisémitisme en y incluant l’antisionisme et le boycott d’Israël. (Source : LPH)

Partager