Partager

EDITORIAL. « Shalom ! » Comme on l’entend, c’est avec ce mot en hébreu que le commandant de bord de l’avion de la compagnie nationale émiratie Etihad Airlines, s’est adressé à la tour de contrôle de l’aéroport de Tel-Aviv au moment de son atterrissage.

C’était la seconde fois en quinze jours qu’un avion émirati s’y posait mais cette fois-ci, contrairement à la fois précédente où ils avaient été camouflés, il portait ostensiblement le logo officiel et le nom de la compagnie. A bord, plusieurs tonnes d’aide humanitaire de lutte contre le coronavirus destinées à l’Autorité Palestinienne que Ramallah avait refusé pour protester contre un « geste inacceptable » vers la normalisation des relations entre Jérusalem et Abu Dhabi. L’aide avait donc été redirigée vers Gaza.

Ce qui devrait être le cas aussi pour cet envoi. Cet atterrissage officiel d’un avion émirati hier vaut de l’avis de certains experts diplomatiques pour reconnaissance tacite d’Israël et marque un nouveau pas vers la normalisation des relations entre les deux pays déjà amorcée ces derniers temps.

Un évènement inédit qui a eu lieu au moment même où sur son compte tweter suivi par 2,8 millions d’abonnés le chef de la sécurité générale de Dubaï Dhahi Khalfan Tamim appelait les pays arabes à se rapprocher d’Israël, à normaliser leurs relations avec l’Etat Hébreu et à ne plus le considérer comme un pays ennemi mais ami.

« Ne pas reconnaitre Israël n’a aucun intérêt d’autant plus qu’il s’agit d’un état fondé sur la science, le savoir et qui a des liens profonds avec tous les autres pays développés au monde » écrit-il. « Qui êtes-vous pour ne pas reconnaître la position scientifique qu’occupe Israël qui de surcroit tend vers une paix et une sécurité à long terme ? y interpelle t-il enfin le monde arabe avant de se demander -question réthorique- « Mais pourquoi n’aurions-nous pas une coalition avec les Juifs contre les ennemis du Moyen-Orient » entendre bien… sur l’Iran.

Nathalie Sosna-Ofir

Partager