Partager

Lemonade, l’une des start-ups qui cherchent à bousculer le secteur de l’assurance, veut entrer en Bourse. (Israël, Eliezer Kaplan St 26, Tel Aviv-Yafo, Israel).

Espérant profiter du rebond des marchés actions aux États-Unis, la jeune pousse de l’assurance (ou assurtech) américaine a déposé lundi une demande d’enregistrement en vue d’une cotation à la Bourse de New York. Lancée en 2016 à New York, Lemonade est spécialisée dans l’assurance-habitation 100 % numérique. L’une de ses grandes promesses est de rembourser les sinistres en quelques secondes, grâce à l’intelligence artificielle. Elle utilise également cette technologie pour améliorer l’expérience client et son objectif est d’offrir un service aussi personnalisé que possible: le client échange d’abord avec un assistant virtuel (ou chatbot) et des algorithmes d’apprentissage automatique sont ensuite utilisés. En , Lemonade lève, en ouvrant son capital, 300 millions de dollars, ce qui lui permet d’avoir une valorisation capitalistique de 2 milliards de dollars.

LE PLUS. Selon presse-citron.ne : « L’entreprise Lemonade a déposé ce lundi un dossier auprès du régulateur boursier américain, la Securities and Exchange Commission (SEC) pour demander son introduction en bourse. Elle ferait ainsi appel à l’épargne publique à hauteur de 2 milliards de dollars. L’entreprise, dont le siège se situe à New York, est également très bien implantée à Tel-Aviv. Son effectif comptabilise environ 300 personnes. Elle essaie depuis l’année dernière de s’implanter également en Allemagne et aux Pays-Bas.

La jeune entreprise souhaite numériser tout le processus d’assurance habitation pour les propriétaires et les locataires. Elle voudrait que ses futurs clients soient assurés en « quelques secondes » et que le dossier d’indemnisation de sinistre soit traité en « quelques minutes » grâce à l’intelligence artificielle. Concernant des délais d’indemnisation aussi réduits, il serait intéressant, au-delà la mise en place d’une IA, de connaître plus en détail la procédure de la jeune pousse.

La société avait déjà tenté son introduction en bourse en 2019, mais celle-ci avait préféré reporter la date, notamment suite à la débâcle de la société WeWork et la baisse de confiance envers les entreprises technologiques, suspectées d’être surévaluées.

Plusieurs assutech sont déjà cotées en bourse en Chine, mais ce sera une première pour les États-Unis. L’entreprise n’est toutefois pas encore rentable à ce jour et ses récents résultats suscitent encore un certain nombre d’interrogations. En effet son bilan reste déficitaire à ce jour, avec 53 millions de pertes en 2018 et 109 millions en 2019. En 2017, elle a obtenu 9 millions de primes brutes, en 2018 ce montant s’élève à 47 millions et en 2019 l’entreprise a atteint les 116 millions. Précision étant ici fait que le chiffre du premier trimestre 2020 s’élève à 38 millions. Si on observe son taux de sinistralité, il s’élevait à 161 % en 2017, pour finalement se réduire à 79% en 2019. Même si elle n’obtient pas encore de résultats bénéficiaires, la jeune assurtech présente néanmoins des chiffres qui évoluent de manière très favorable. Mais cela ne l’a d’ailleurs pas empêché d’être valorisée à plus de 2 milliards de dollars avec des investisseurs comprenant Allianz, SoftBank et Alphabet (la maison-mère de Google). Son modèle économique est basé sur un prélèvement fixe sur les primes des assurés à hauteur d’environ 25%. Toutefois en fonction du montant des sinistres, elle s’engage à reverser les fonds à des associations. Par ailleurs la jeune assutech mise sur une croissance structurelle avec de jeunes assurés (qui ne l’étaient pas auparavant) – son portefeuille actuel compte environ 70% d’assurés de moins de 35 ans. Elle vise donc des clients jeunes qui viennent de rentrer dans la vie active.

De manière générale, on a pu observer ces dernières années que les assutech ont mis plus de temps comparées notamment à d’autres entreprises de la fintech pour s’imposer et acquérir une crédibilité auprès des clients. Mais ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à envisager d’acheter des produits d’assurance auprès d’assurtech. Le fait de proposer de nouveaux modèles commerciaux et d’être innovant dans les produits proposés semble être une des nombreuses clés pour faire sa place sur ce marché. Une première cotation en bourse pour une assurtech américaine serait un amorçage positif pour ce secteur particulier3.

LE PLUS. Lemonade est une entreprise d’assurance américaine. Son siège social se situe à New York. Elle est fondée en 2015.
Fondateurs : Daniel Schreiber (Directeur général) & Shai Wininger (President & Directeur de l’exploitation)
Création : avril 2015

LE PLUS. Lemonade Inc. is backed by investors including Aleph, General Catalyst, GV (formerly Google Ventures), Sequoia Capital, Thrive Capital, XL, and Japanese tech investor SoftBank, having raised $120 million as of December 2017. On June 8, 2020, Lemonade filed an S-1 form for registration of securities in preparation for an Initial public offering

Lemonade Insurance Company is a licensed insurance carrier, offering homeowners’ and renters’ insurance powered by artificial intelligence and behavioral economics. By replacing brokers and bureaucracy with bots and machine learning, Lemonade seeks to eliminate paperwork and provide instant information. Lemonade is a certified B-Corp, where underwriting profits are donated to nonprofit organizations.

Lemonade’s business model differs from that of typical insurance companies in that it keeps a flat 25% fee of a customer’s premium while setting aside the remaining 75% to pay claims and purchase reinsurance. Unclaimed premiums go to a nonprofit of the user’s choosing in an annual “Giveback.”

Partager