Partager

Nathalie Sosna-Ofir. Un coureur bleu et blanc en maillot jaune sur les Champs Elysées ? Pourquoi pas cette année, à l’issue du prochain Tour de France qui débutera fin août…Chris Froome, quadruple vainqueur de la Grande Boucle, pourrait quitter sa formation Ineos et rejoindre l’équipe cycliste israélienne Start-up Nation à compter du 1er août.

L’équipe israélienne créée et financée par le milliardaire israélo canadien Sylvan Adams vient de rejoindre le WorldTour et entend se renforcer en vue de sa première participation au Tour de France.  Et Chris Froome pourrait bien être la solution. Lui qui se plaint d’être relégué en position de second chez Ineos retrouverait ainsi le statut de leader qu’il ambitionne sans compter que le pont d’or qu’est prêt à lui dérouler Adams serait une proposition impossible à refuser…

LE PLUS. Chris Froome, 35 ans, est au centre de toutes les questions, ces temps-ci. Pourra-t-il retrouver sa forme après son terrible accident sur le Dauphiné l’an passé ? Quel véritable rôle aura-t-il sur le prochain Tour de France avec Ineos alors qu’Egan Bernal et Geraint Thomas sont aussi annoncés à Nice le 29 août ? Et surtout, sera-t-il toujours chez Ineos pour le Grand départ ?

À cette dernière interrogation, plusieurs médias ont affirmé dernièrement que le « Kenyan blanc », comme il est surnommé, serait sur le départ, sachant que Dave Brailsford, le manager d’Ineos, ne pourrait lui offrir le rôle de leader sur le prochain Tour de France. The Times, journal anglais, est même allé jusqu’à dire que Chris Froome pourrait s’engager avec l’équipe Israël Start-up Nation au 1er août, et donc participer à la plus belle course du monde sous d’autres couleurs. Imaginez un peu le séisme dans le peloton… Selon le quotidien britannique, un contrat de trois ans à 5 millions par an attendrait même le coureur quadruple lauréat du Tour.

Coup de poker tenté par son entourage ?

Hypothèse farfelue ? Sur le papier, non, dans la mesure où Chris Froome pourrait effectivement être tenté de voir ailleurs dans la mesure où il n’est plus le seul homme-orchestre de l’équipe et qu’à 35 ans, cet état de fait n’est pas parti pour s’inverser. Mais en revanche, un départ alors que le Britannique est encore sous contrat nécessiterait au préalable l’accord d’Ineos. La formation de Dave Brailsford, qui a été patiente avec son coureur pendant ses longs mois de rééducation, qui n’a pu l’aligner qu’une fois cette saison (Tour des Émirats arabes unis), acceptera-t-elle de s’en séparer après tout ce temps alors justement qu’il semble revenir en forme, au regard de ses dernières sorties ? S’agit-il d’un coup médiatique tenté par l’entourage de Froome pour provoquer des discussions avec Ineos alors qu’il arrive en fin de contrat en décembre ?

  • https://www.ouest-france.fr
Partager