Partager

A l’heure où la science s’intéresse à la lutte contre le virus responsable de la plus grande crise sanitaire de ces 100 dernières années, la lauréate du prix Nobel de chimie Ada Yonath attire l’attention de la société sur un autre problème qu’elle considère comme l’un des plus graves de la médecine moderne : la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Selon elle, si rien n’est fait pour changer le cours de la médecine, nous devrions bientôt revenir à l’ère pré-antibiotique, où les maladies causées par les parasites et les infections telles que la pneumonie étaient presque impossibles à traiter et entraînaient souvent la mort.

« Nous sommes sur le point d’entrer dans ce que l’Organisation mondiale de la santé appelle l’ère post-antibiotique. La Banque mondiale estime que plus de 3,8 % de l’économie mondiale sera perdue d’ici 2050 en raison de la résistance microbienne », a déclaré le chercheur lors du séminaire en ligne « From Basic Science to Modern Medicine », organisé le 25 juin par l’Académie des sciences de l’État de São Paulo.

Tout au long de sa présentation en ligne, A. Yonath a souligné que seul l’investissement dans la science fondamentale est capable de générer les connaissances nécessaires au développement d’applications perturbatrices – parmi lesquelles des médicaments dotés d’un mécanisme d’action véritablement novateur.

Bien que la recherche fondamentale menée par A. Yonath et plusieurs autres chercheurs ait généré des connaissances utiles pour le développement d’antibiotiques innovants – et capables de sauver le microbiote bénéfique du corps humain en ne tuant que les bactéries pathogènes -, peu de progrès ont été réalisés par les principaux pharmaciens depuis les années 1980.

Alors que la résistance bactérienne augmente régulièrement année après année, le nombre de nouveaux antibiotiques approuvés a diminué, et les derniers lancements correspondent à des modifications chimiques mineures de composés déjà connus. « Chercher quelque chose de vraiment différent et de nouveau n’est guère fait dans le monde d’aujourd’hui », a-t-elle déploré.

Pour elle, les bactéries sont des êtres intelligents qui ont un grand désir de vivre. C’est pourquoi le chercheur estime qu’il est impossible d’arrêter complètement le problème de la résistance aux antibiotiques. « Mais nous pouvons minimiser ce problème. Et c’est ce que j’ai essayé de faire avec mon travail au fil des ans », a-t-elle déclaré.

Née à Jérusalem en 1939, Yonath a obtenu son doctorat en cristallographie à rayons X en 1968 à l’Institut Weizmann des sciences, où elle dirige actuellement le Centre Milton A. Kimmelman pour la structure biomoléculaire. En 2009, il a reçu le prix Nobel de chimie aux côtés des scientifiques Venkatraman Ramakrishnan et Thomas Steitz pour avoir cartographié la structure des ribosomes, l’organite connu sous le nom de « fabrique de protéines » de la cellule.

Elle a été la première femme du Moyen-Orient à recevoir le prix Nobel de science, la quatrième à recevoir le prix Nobel de chimie et la première à recevoir ce prix depuis 1964. Elle a également reçu le prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science et de nombreuses autres récompenses, mais le titre qu’elle considère comme le plus important est « Grand-mère de l’année ».

Source : Agence FAPESP & Israël Valley

Partager