Partager

Israël Valley a déjà évoqué la société Pluristem, basée à Haïfa, en Israël, affirme que son produit de thérapie cellulaire à base de placenta pourrait être utilisé pour traiter des centaines de patients qui souffrent de complications respiratoires et inflammatoires associées au coronavirus COVID-19.

Pluristem poursuit ces efforts grâce à un accord de collaboration avec le Centre de thérapie régénérative de la BIH (BCRT) et le Centre de thérapies avancées de Berlin (BeCAT) de l’Université de médecine de la Charité à Berlin. Ensemble, ils mènent un projet commun évaluant les effets thérapeutiques du produit breveté de Pluristem à base de cellules PLX sur les patients qui développent des troubles respiratoires graves, un symptôme du nouveau coronavirus et la cause du décès de la plupart des patients critiques jusqu’à présent.

Les patients cibles seraient la population âgée et les personnes souffrant de troubles respiratoires préexistants.

Dans un communiqué, Pluristem a expliqué que l’usage de ses cellules PLX pourrait être le renversement d’une dangereuse suractivation du système immunitaire et que cela réduirait probablement les symptômes mortels de la pneumonie et de la pneumonite (inflammation générale du tissu pulmonaire).

Les résultats précliniques précédents concernant les cellules PLX ont révélé des effets thérapeutiques importants dans des études animales sur l’hypertension pulmonaire, la fibrose pulmonaire, les lésions rénales aiguës et les lésions gastro-intestinales.

Pluristem a été reçu des agréments de la Food and Drug Administration américaine elle achève actuellement les essais précliniques demandés par la FDA pour soutenir une demande de réalisation d’un essai clinique de phase I pour cette indication.

L’entreprise a fait état de données avérées sur les essais cliniques dans de multiples autres indications et mène actuellement des essais cliniques en phase avancée dans plusieurs indications.

Source : Jérusalem Post & Israël Valley

Partager