Partager

L’industrie hôtelière d’Israël n’a jamais été dans une situation aussi désastreuse.

Le président de l’association hôtelière en Israël a déclaré que l’industrie faisait face à la pire crise de son histoire alors que les revenus du tourisme chutaient face à l’épidémie de coronavirus, et a averti qu’une injection financière de l’État était la seule chose qui pourrait sauver l’industrie du tourisme.

« Si l’aide gouvernementale immédiate n’est pas disponible, des licenciements massifs commenceront et le secteur perdra plus de la moitié de ses employés », a déclaré le président de l’Association des hôtels d’Israël, Amir Hayek, au site d’informations économiques Globes.

Ses commentaires ont précédé l’annonce attendue que les voyageurs du monde entier devront entrer en quarantaine à leur domicile après être entrés en Israël.

« La fermeture des frontières d’Israël aux entrées touristiques du monde entier coûtera au secteur 6 milliards de shekels [1,7 milliard de dollars] par an », a déclaré M. Hayek.

« Il y aura des licenciements massifs et des dizaines d’hôtels fermeront leurs portes. L’industrie hôtelière n’a jamais été dans une situation aussi désastreuse. Les chaînes hôtelières consolident les hôtels proches les uns des autres, tandis que les hôtels isolés sont sur le point de fermer, » a-t-il averti.

M. Hayek a également affirmé que les taux d’occupation des chambres d’hôtel étaient tombés à moins de 40%, avec la pire baisse observée à Jérusalem et à Tel-Aviv. Il y avait une inquiétude particulière avant les fêtes d’avril de la Pâque  – généralement une période exceptionnelle de l’année pour les touristes juifs et chrétiens.

Partager