Partager

ISRAELVALLEY SPECIAL. C’est une évidence. En Israël, on craint de manquer de respirateurs artificiels. Utilisés pour les patient·es en insuffisance respiratoire aiguë, ces appareils sont essentiels dans les cas graves de Covid-19. Pour résoudre le problème, Israël tente d’urgence d’en acquérir, quitte à prendre ceux utilisés d’habitude pour les animaux. C’est ainsi que des vétérinaires ont été contactés.

ANGLETERRE. Selon Bloomberg, le gouvernement britannique aurait en effet fait appel aux vétérinaires du pays ainsi qu’à leurs fournisseurs pour qu’ils partagent leurs respirateurs artificiels avec le National Health Service, le système de santé publique du Royaume-Uni. Des discussions seraient en cours, notamment entre l’Animal Health Trust, le Royal College of Veterinary Surgeons et le Royal College of Emergency Medicine. Outre les vétérinaires, le gouvernement d’outre-Manche s’entretient avec de nombreux fabricants dans le but de réunir environ 20.000 machines supplémentaires le plus vite possible, ajoute la BBC.

Dans l’Hexagone, les hôpitaux publics disposent d’un important niveau d’équipement en soins intensifs et réanimation capable de faire face aux cas aigus de détresse respiratoire. Cependant, des doutes persistent quant à leur capacité à prendre rapidement en charge un grand nombre de patient·es.

Partager