Partager

Alors que la crise du coronavirus s’étend, des pirates informatiques et les cybercriminels multiplient les attaques (ransonware) contre les centres de santé et des cyberprotecteurs volontaires tentent de les contrecarrer.

Un nouveau groupe de professionnels de la sécurité de l’information, comprenant des DSI d’entreprise, des hackers repentis, des chercheurs en sécurité et d’autres encore, a promis de faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider à fournir un soutien en matière de cybersécurité aux services de santé du Royaume-Uni et d’Europe et ont créé le CV19 (Cyber Volunteers 19) a la suite d’une discussion entre trois membres éminents de la communauté de la sécurité de l’information sur ce qu’ils pourraient faire pour aider pendant la crise des coronavirus.

Mais un autre groupe de bénévoles, composé cette fois de quelque 200 cyberprofessionnels, a été créé dans le but de lutter contre les pirates et les cybercriminels qui exploitent la pandémie de coronavirus.

Ce groupe communautaire a été créé par Ohad Zaidenberg, le principal chercheur en cyber-intelligence de Clearsky Cyber Security, et Nate Warfield, un professionnel de la sécurité de l’information qui effectue des recherches sur les menaces pendant son temps libre.

« Les acteurs de la menace qui tirent parti de cette crise peuvent causer la mort », dit Zaidenberg, « j’ai beaucoup réfléchi à la façon dont je pourrais contribuer à la communauté mondiale dans cette crise et j’ai compris que c’est ma façon de rendre la pareille ».

En l’espace d’une semaine, cette communauté est passée à 200 personnes, dont des Européens, des Israéliens, des Nord-Américains et des Japonais. « Nous venons juste de commencer », dit Zaidenberg, « mais nous avons déjà trouvé quelques vulnérabilités dans le secteur médical ». Le groupe partage également ses compétences, ses méthodes de chasse et engage des discussions en vue de créer une « énorme base de données d’indicateurs de menaces », selon M. Zaidenberg.

Si vous souhaitez participer, vous devez contacter Zaidenberg ou Warfield sur Twitter en utilisant les liens ci-dessus.

Source : Forbes & Israël Valley

Partager