Partager

Pas une âme n’a pu être vue à Armaguédon, où le verrouillage quasi complet du au coronavirus empêche les pèlerins chrétiens d’accéder au site biblique du nord d’Israël, à une demi-heure de route de Nazareth.

En temps normal, les touristes arriveraient quotidiennement pour se frayer un chemin jusqu’aux ruines du sommet brumeux d’Armaguédon, par tradition le champ de bataille de la fin des jours entre le bien et le mal dans le dernier livre du Nouveau Testament.

« Quelques personnes courageuses sont montées ici pour une promenade. Je ne le recommande pas », a déclaré un agent de sécurité, avertissant d’une infection. Il était l’un des rares travailleurs du site.

Près de la ville moderne et de la prison israélienne de Megiddo, la plus ancienne référence écrite à Armaguédon semble avoir été sous le règne du pharaon égyptien Thoutmosis III, qui y a vaincu les états syriens et cananéens en 1468 avant JC.

C’est l’un des nombreux sites touristiques qui sont aujourd’hui désertés après qu’Israël ait imposé une quarantaine obligatoire de 14 jours à toutes les personnes entrant dans le pays, ce qui a eu pour effet de fermer l’industrie du tourisme.

A l’est, de l’autre côté de la Galilée, l’imposante Basilique de l’Annonciation de Nazareth – construite sur un site que de nombreux chrétiens croient être la maison d’enfance de la mère de Jésus, Marie – est également dépourvue de tous les fidèles, sauf les plus endurcis.

Les prêtres qui remplissent des sacs en plastique avec des bougies blanches et de l’eau bénite le dimanche demandent aux fidèles de prier depuis chez eux. L’église elle-même était fermée à clé entre les offices, et la fréquentation était limitée à dix fidèles.

Source : US News & Israël Valley

https://www.usnews.com/news/world/articles/2020-03-17/under-coronavirus-lockdown-armageddon-is-like-the-end-of-the-world

Partager