Partager

L’ESCP Business School organise, dans un esprit startup, sa « Learning Expedition 2020 » en Israël à partir de ce Samedi 15 Février 2020. Un MOU (Memorandum Of Understanding) a été signé en 2018 entre le Technion (Haïfa) et ESCP Business School (Paris).

Cette mission baptiée EUROPROJECT orientée « Innovation et Management » est menée par Daniel Rouach avec le soutien actif de Galith Scialom, Ron Waldman, Guy Maynard, Benjamin Lehiani, Stéphane Lesage.

La Learning Expedition très condensée (15 visites, trois, villes, trente speakers) est coordonnée par Jeanine Tuil de la CCIIF Tel-Aviv et une équipe technique  menée par Frédéric P. de ESCP (Paris). IsraelValley est chargé de la promotion de cette mission.

Selon les organisateurs : « Ce voyage a pour but de faire connaître Israël et son écosystème, plus spécifiquement le Technion de Haïfa avec des cas d’études concrets soumis aux étudiants des deux institutions.  Il sera également l’occasion de cours communs et d’un approfondissement de la relation académique existante, ainsi que de visites d’acteurs économiques locaux de renom ».

 

ELEMENTS DU PROGRAMME.

Samedi 15 Février 2020. Arrivée des étudiants. Abrams Hotel. Welcome Dinner. « Houmous Party »et présentation du programme.

Dimanche 16 Février 2020. Départ pour Haïfa, visite du Technion, visite du Kibboutz Yagour (usine hightech), Jardins Bahaï, soirée spéciale dirigée par Shiran Katz avec les anciens étudiants de ESCP installés en Israël (34 ex-étudiants). Rencontre dans la journée au Technion avec la Professeure Miriam Erez, Prix Israël.

Lundi 17 Février. Conférence exceptionnelle de la CCIIF Tel-Aviv le matin. Thème : « Israël Startups Champions ». Douze speakers leaders dont Samsung, Qedit, … Matinée ouverte à des invités extérieurs sélectionnés par la CCIIF.

Après-midi « mystère »: Google Challenge. Organisé chez Google par l’un des meilleurs professionnel de la Startup Nation, Yossi Dan et son équipe de professionnels. Soirée : Tel-Aviv by night.

Mardi 18 Février. Jérusalem Hightech and Tourism. Journée exceptionnelle avec des rencontres de startupistes et des personnalités de premier plan à Jérusalem. Visites de sites Chrétiens, juifs…

En soirée, rencontre spéciale avec une personnalité incontournable du Venture Capital en Israël : Edouard Cukierman à Tel-Aviv, Co-auteur avec Daniel Rouach du livre « IsraelValley », traduit en Chinois, Portugais, Italien,… .

Mercredi 19 Février. « The Future is Here, Good Morning Tel-Aviv! ». Ballade marathon sur Rothschild Boulevard, Innovation Center Taglit, Bourse de Tel-Aviv, Bitcoin Embassy,  Qedit, Microsoft Reactor, Tel-Aviv University et Diaspora Museum.

Jeudi 20 Février. Visite le matin de i24News avec Frank Melloul, le célèbre Président de i24News. Rencontre avec des leaders du monde hightech à Yafo et avec des Membres du Board de la CCIIF. Visite du « Salon Muni » pour 15 étudiants. Rencontre avec des hommes d’affaires arabes israéliens à Yafo.

Départ dans la nuit pour plusieurs capitales européennes.

LE PLUS. « Une learning expedition c’est une aventure immersive qui sert à décaler son regard, se projeter et imaginer le monde de demain. Mais elle doit avant tout être au service d’une ambition : une destination. L’organisation de l’expédition doit servir cette ambition par la découverte, l’ouverture, l’inspiration ».
Selon un site expert (1) : « Une learning expedition est un exercice puissant, qu’il ne faut décider que lorsque l’on y est véritablement prêt afin de pouvoir en tirer le maximum de bénéfices. Préparer une learning expedition, c’est attendre un véritable choc des cultures… Parfois, il faudra accepter de ne pas comprendre, prendre du recul, se laisser surprendre, impressionner, parfois se sentir dépassé ou même démoralisé lorsque le décalage entre réalité et idéal à atteindre semble tout à coup trop important… Parfois au contraire, l’inspiration se fait grisante, enthousiasmante… Dans tous les cas, toujours un peu déstabilisante et c’est d’ailleurs bien ce que l’on doit attendre d’un tel voyage. Réaliser une learning expedition sans être prêt à changer n’a pas d’intérêt et peut même s’avérer frustrant pour ceux qui vont le vivre ou le suivre ». (1) https://89c3.com/news/learning-expedition/)

MURIEL TOUATI, Ex DG de Technion France, de Onepoint : « J’organise une passerelle pour que onepoint devienne partenaire du projet Europroject (Technion & ESCP) qui associe 8 étudiants de l’ESCP dont 4 en dernière année de master de management et 4 MBA du Technion sélectionnés et challengés par des partenaires israéliens et français, j’ai validé le partenaire onepoint. Ils vont être challengés sur des projets de stratégie opérationnelle, de prospective en matière du changement de la transformation entre février et mars ils vont partir en Israël les ESCP vont rencontrer des étudiants du Technion et seront aussi formés à l’écosystème en général. onepoint a déjà à son actif le parrainage de la promotion 2020 de Polytech Paris-Sud. Une journée a été consacrée aux élèves pour leur faire découvrir nos méthodes de travail et notamment le design-thinking. Les étudiants du Technion viendront à Paris chez onepoint pour être challengés sur un thème en cours de sélection chez onepoint. 3 enjeux clés : le rapprochement avec le Technion avec l’ESCP, et de faire un métissage des cultures ESCP et Technion sujets proposés par un partenaire entreprise. Pour attirer les talents il faut des partenariats structurés il faut des méthodes, des workshops des brassages de cultures des partenariats technologiques. Attirer nos meilleurs talents dans l’hybridation des compétences, des expertises et des cultures passe d’abord par la confiance instaurée entre onepoint et les écoles ».

LE PLUS. LEARNING EXPEDITION. « Sortir de ses habitudes, de ses zones de confort et aller vers des univers non maîtrisés, des esprits ou structures qui ont développé une performance sur des principes différents et inédits, voilà les ressorts d’une learning expedition. C’est pour cette raison que les écosystèmes innovants ou les entreprises issues du digital, startup en tête, sont souvent la cible préférée de ces voyages. Le jeune âge des entrepreneurs, les méthodes et les espaces de travail, les relations entre collaborateurs, les nouveaux produits/services imaginés (…) s’appuient souvent sur des modèles très différents des entreprises traditionnelles. Le voyage intelligent brise la routine. Le but ultime est de ressortir bouleversé d’un learning trip. Positivement bouleversé. Au sens où on a élargi son spectre de connaissances, de réflexions, de projets… Un temps de recul et d’analyse est prépondérant pour faire le tri dans les expériences et les données, puis, plus tard, pour prendre les bonnes décisions et influencer sa stratégie… » (http://news.suisse-conventionbureau.com)

 

 

Partager