Partager

Tout en préparant le projet « Bereshit 2 », la compagnie Space IL ne demandait pas la lune. Mais un magnifique cadeau lui est « tombé du ciel » avec un don d’un million de dollars offerts par la Fondation de la famille Blavatnik qui oeuvre principalement dans le domaine des sciences, de l’éducation et de la culture.

Dans son annonce, Len Blavatnik, le président de la fondation américaine a dit « vouloir aider Space IL à achever le projet « Bereshit 2″ afin de faire poser cette fois-ci la sonde spatiale israélienne sur la lune ». Très admiratif des travaux entrepris par Space IL et du « presque succès » de Bereshit 1 au mois d’avril dernier, Len Blavatnik a dit: « Israël est devenu célèbre dans le monde notamment grâce à ses succès dans les domaines des sciences et des technologies, et ce pays dispose d’un potentiel gigantesque pour percer dans le domaine spatial également. La détermination et le sens de l’innovation caractéristiques d’Israël seront capables de relever le défi ‘Bereshit 2’ et de le mener vers de nouveaux sommets, faisant d’Israël l’un des leaders mondiaux dans le domaine spatial ».

Remerciant la Fondation Blavatnik et son président pour cette généreuse contribution, Yariv Basch, l’un des fondateurs de Space IL a écrit: « Nous remercions Len Blavatnik et sa fondation pour être venus rejoindre la famille Space IL et s’engager à la réussite du projet ‘Bereshit 2’. Nous sommes convaincus que cette fois-ci ce projet sera mené à son terme ».

https://lphinfo.com/bereshit-2-un-beau-cadeau-offert-a-la-compagnie-space-il/

En hébreu, Bereshit signifie « Au commencement ». C’est le premier mot de la Bible. Au commencement, donc, il y avait un concours spatial organisé par Google, le Google Lunar X Prize. Les participants devaient expédier sur la Lune un robot capable d’y parcourir cinq cents mètres et de renvoyer des images ainsi que des données. Le premier récoltait un prix de 20 millions de dollars (17,8 millions d’euros environ). Malheureusement, sur la trentaine de compétiteurs engagés, aucun ne parvint à lancer un engin avant la date limite, fixée au 31 mars 2018, et le prix ne fut jamais attribué. Malgré cela, certaines équipes ont poursuivi leur projet. C’est le cas de la société israélienne SpaceIL avec Bereshit qui a décollé, le 22 février, de Cap Canaveral (Floride).

Partager