Partager

L’équipe israélienne d’escrime ne sera pas autorisée à se rendre au Qatar le 24 janvier prochain pour la compétition du Grand Prix, selon une décision du Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien). Cette annonce intervient suite à l’élimination du général iranien Qassem Soleimani le 3 janvier dernier.

Les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique iranienne, ont depuis menacé de s’en prendre à « des gouvernements alliés » des Etats-Unis, en premier lieu les Etats du Golfe, et Israël.
L’escrimeur Yuval Freilich, qui a remporté la médaille d’or aux Championnats d’Europe en juin dernier, et son coéquipier Ido Harper seront donc exclus d’une compétition qui constitue une étape importante sur le chemin des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 l’été prochain.
Dimanche, l’Iran a semblé jouer l’apaisement après dix jours de tensions maximales avec les Etats-Unis, marquées par des attaques et le crash d’un avion civil ukrainien abattu par « erreur » par les forces armées iraniennes.
Dans ce climat hypertendu, l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dont le pays est allié des Etats-Unis mais entretient de bonnes relations avec l’Iran, a rencontré à Téhéran le président iranien Hassan Rohani et M. Khamenei.
L’émir a appelé à « la seule solution à (la) crise, qui passe par la désescalade et le dialogue ».

Source I24News

Partager