Partager

Trois jours après le crash de l’avion d’Ukrainian Airlines, l’Iran a reconnu sa responsabilité dans le drame, admettant avoir abattu le Boeing 737 par « erreur ». Selon notre éditorialiste en politique internationale Ulysse Gosset, la tension devenait trop forte pour l’Iran, qui s’est senti contraint d’admettre son erreur.

« La pression devenait trop forte pour l’Iran et de toutes parts, du Canada avec de très nombreuses victimes canadiennes, de l’Ukraine mais aussi de Suède, donc effectivement il fallait réagir », résume Ulysse Gosset.

Le ministres iranien des Affaires étrangères avait ainsi exprimé « regrets, excuses et condoléances », tout en soulignant que Washington n’était pas étranger à ce drame. Un sentiment partagé par le président iranien qui a évoqué une « erreur humaine », « causée par l’aventurisme américain ».

« L’Iran incrimine politiquement Donald Trump »

« L’Iran reconnait l’erreur mais, politiquement, incrimine Donald Trump », analyse Ulysse Gosset.

Le pays avait jusqu’alors nié la thèse selon laquelle l’avion ukrainien aurait été touché par un missile iranien.

« C’est vrai que, à l’origine de cette tension, il y a d’abord le tir de drone sur le général Soleimani, qui a provoqué une énorme émotion et une mobilisation nationaliste très forte. L’Iran a donné la réponse avec des représailles, mais cette catastrophe qui a fait 176 victimes a complètement rebattu les cartes et il a fallu que l’Iran fasse volte-face », détaille notre spécialiste.

« Eviter de traîner ce boulet pendant des mois »

Selon notre éditorialiste, la reconnaissance de responsabilité permet de soulager l’Iran:

« C’est une véritable humiliation mais l’Iran a préféré en sortir pour éviter de traîner ce boulet pendant des mois. »

Une enquête de cette ampleur doit durer plusieurs longues semaines.

« L’histoire va être terrible »

« L’histoire va être terrible pendant des mois: il va y avoir une commission d’enquête internationale car tous les pays touchés par ce drame se sont regroupés, ils vont demander les boîtes noires, mais aussi les débris, puis ensuite il y aura le processus judiciaire avec sans doute des demandes d’indemnisation », décrit Ulysse Gosset.

Les victimes sont essentiellement des Irano-Canadiens, mais aussi des Afghans, des Britanniques, des Suédois et des Ukrainiens.

Peu de temps après les aveux de l’Iran, le commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens a déclaré endosser la « responsabilité totale » du drame: « J’endosse la responsabilité totale » de cette catastrophe, a dit le général de brigade Amirali Hajizadeh, dans une déclaration télévisée. En ajoutant: « J’aurais préféré mourir plutôt que d’assister à un tel accident. »

https://www.bfmtv.com

Partager