Partager

EDITORIAL. IsraelValley suit le Ministre israélien Moshe Kahlon depuis des années. Devenu Ministre des finances de Bibi son image a plongé très vite. Un manque de caractère et surtout une incapacité a sortir de l’ombre de son allié Bibi Netanyahou qui l’a étouffé littéralement.

Depuis bien longtemps il est inaudible en Israël car ses paroles sont trop éloignées de la réalité. Le blog de Jacques Benillouche avait vu juste longtemps avant tout le monde  : « Élu à la Knesset sur un programme immobilier ambitieux et innovant, Moshé Kahlon, ministre des finances, a tout raté. Il a surestimé ses capacités à faire plier les monopoles immobiliers. Ses électeurs ne lui pardonneront pas car ils ont misé sur cet exploit parce qu’il avait brisé le monopole des entreprises de téléphone mobile. Son second de liste, Elie Elalouf, s’est lui-aussi cassé les dents contre les monopoles alimentaires, responsables du surenchérissement du coût de la vie puisque les prix des produits de base sont 30% plus chers qu’en France ». (Daniel Rouach)

Moshe Kahlon né le à Hadera, est un homme politique israélien. Il est plusieurs fois député et détient successivement les portefeuilles de ministre des Communications (2009-2013), de ministre de la Santé et des Affaires sociales (2011-2013) et des Finances (depuis 2015). Après avoir été membre du Likoud, il fonde et dirige le parti de centre-droit Koulanou.

Kahlon est né dans le quartier de Givat Olga à Hadera de parents Juifs libyens. Il a servi au sein de l’armée israélienne de 1978 à 1986 dans le département du matériel. Après son service, il se lance dans l’importation de pièces détachées de voitures1. Il étudie ensuite les sciences politiques à l’université de Haïfa, obtient un bachelor’s degree puis un Bachelor of Laws auprès du Netanya Law College (en).

Il siège pour la première fois à la Knesset après les élections législatives israéliennes de 2003. Durant les primaires du Likoud anticipant l’élection législative de 2006, il obtient la troisième place dans la liste des candidats à la surprise générale3. Il garde son siège aux élections de 2009 après avoir été placé sixième sur la liste du Likoud et est nommé ministre des Communications le 31 mars.

Il quitte le Likoud en 2013 pour créer, l’année suivante, le parti Koulanou.

Au sein de la Knesset, Kahlon présente un projet de loi visant à réduire le coût de l’électricité pour les familles modestes et mène une commission d’enquête sur les frais bancaires. Le 19 janvier 2011, après la démission d’Isaac Herzog, il est nommé ministre de la Santé et des Affaires sociales. Il le reste jusqu’au 18 mars 2013.

Depuis le , il est ministre des Finances. En parallèle, entre 2016 et 2017, il est ministre de la Protection environnementale (pendant deux mois) et ministre de l’Économie et de l’Industrie (pendant cinq mois).

EN MARS 2019.

« Le ministre des Finances Moshe Kahlon a expliqué samedi qu’il se sentait « mal à laise » avec les accusations de corruption qui visent le Premier ministre. Il a laissé entendre qu’il n’exclurait pas de rejoindre une coalition placée sous la direction de Benny Gantz.

« D’un point de vue éthique et moral, il y a de quoi se sentir mal à l’aise avec les accusations lancées contre celui qui est Premier ministre, mais ça fait partie de la vie », a-t-il expliqué, dont la formation Koulanou pourrait s’avérer déterminante dans la désignation du prochain chef de coalition après les élections devant les caméras de la Douzième chaîne ».

Partager