Partager

Hanoucca 2019. De la soirée du : dimanche 22 décembre à la soirée du : lundi 30 décembre

L’an dernier, le ministre israélien de la Santé avait exhorté les Israéliens à s’abstenir de manger trop de « soufganiyot », les beignets ronds traditionnels de la fête de Hannukah. « Il n’est pas nécessaire de goinfrer nos enfants avec des beignets qui ne sont pas bons pour la santé et contraires à une bonne nutrition », avait déclaré le Ministre.

Selon (1) : « En Israël, les soufganiot – les beignets locaux – ont conquis tout le monde, ashénazes comme séfarades, résidents et touristes. Le beignet original est fourré de confiture de fraise. Mais en Israël les boulangeries ne se satisfont pas du beignet classique et les chefs pâtissiers réinventent les classiques de Hannouka. Proposant constamment de nouveaux parfums, les surprises des soufganiot de cette année incluent banane café caramel, fruits rouge mascarpone, halva pistache, style Saint Honoré à la française, cream cheese et praline. (1) Jforum.fr)

A SAVOIR.

Hannouka est la fête des lumières. Bien que les miracles de Hannouka soient bien plus profonds que la nourriture qui lui est associée, la célèbre plaisanterie juive demeure « Ils ont essayé de nous tuer, nous avons survécu – mangeons ! ». Les fêtes étant l’occasion de se retrouver et passer du bon temps avec famille et amis, elles sont aussi celle de déguster ensemble de savoureuses spécialités.

Les traditions culinaires de Hannouka datent des premières années où cette fête a été célébrée, elles existent pour nous rappeler certains des miracles liés à Hannouka.

Contre toute attente, un petit groupe de Juifs emplis de foi, menés par Judah le Maccabée, a vaincu l’une des plus puissantes armées, les Grecs qui contrôlaient alors la Terre d’Israël, s’emparant du Saint Temple à Jérusalem et le dédiant à nouveau au service divin.

Alors qu’ils cherchaient à allumer la Ménorah du Temple (le candélabre à sept branches), ils trouvèrent une seule petite fiole d’huile qui avait échappé à la contamination par les Grecs. De manière miraculeuse, ils ont allumé la Ménorah et la fiole, qui ne contenait assez d’huile que pour un jour, a brûlé pendant huit jours, jusqu’à ce que de la nouvelle huile puisse être préparée.

Puisque le miracle de Hannouka impliqua de l’huile, il est de coutume de manger des aliments frits dans l’huile. Il existe également une tradition de déguster des produits laitiers pour commémorer la bravoure de Yéhouda qui a assoiffé un général grec en le nourrissant de fromages très salés puis de vin pour l’endormir puis l’assassiner, provoquant ainsi la fuite de toute l’armée grecque.

A travers les siècles, les communautés du monde ont trouvé différents moyens d’incorporer à la fois huile et produits laitiers dans leurs repas de Hannouka. Sans surprise, les coutumes alimentaires varient selon les traditions familiales, avec de délicieuses différences entre les cultures séfarades et ashkénazes notamment.

(jforum.fr)

 

 

 

Partager