Learning Expedition. 55 étudiants de l’ESCP Business School en Israël le 15 Février 2020.

Par |2019-12-14T10:49:42+03:00décembre 14th, 2019|Catégories : EDUCATION|
Partager

En 2020, 55 étudiants de l’ESCP seront en Israël. Ils sont Italiens, Chinois, Belges, Britanniques, Allemands, Marocains, Espagnols, Russes, Français, Suisses, Grecs, … Objectif : comprendre les ressorts de la Startup Nation. La délégation sera menée par un groupe de Professeurs et Experts de ESCP Business School. Daniel Rouach, Ron Waldman, Guy Maynart, Benjamin Lehiani, Frédéric, s’activent sur la mise en oeuvre de cette mission d’excellence.

Au programme : Technion, Tel-Aviv University, Bits of Gold, Qedit, Facebook, Google, Urban Place, IAI, Elbit, Intel, Institut Weizman, Cyber de Beersheva, Mer Morte, Hightech de Jérusalem.  (A noter : une recherche de financements est en actuellement en cours. La CCIIF à Tel-Aviv aide très activement à la recherche de fonds et à l’organisation dette mission très complexe à mettre en oeuvre).

LE PLUS. Tel Aviv : Facebook Israël ouvre ses portes à l’ESCP. C’est une première car Facebook n’ouvre pas facilement ses portes à Tel Aviv. Dans le cadre d’une “Learning Expedition”, 25 étudiants de ESCP Europe (site de Paris), qui suivent un programme avec le MBA Technion (Haïfa), vont rencontrer au coeur de Tel Aviv des patrons de Facebook Israël. Au programme : la stratégie de Facebook en Israël et de nombreuses rencontres avec les équipes d’inventeurs israéliens de Facebook.

Facebook qui a installé ses premiers bureaux dans le pays récemment a loué plusieurs étages d’une tour de 29 étages située sur le Boulevard Rotschild (Tel-Aviv). Les étages loués par Facebook sont au centre du bâtiment, et couvrent 3500 mètres carrés. Initialement concentrée sur le réseau social Facebook, la compagnie a racheté Instagram en 2012, ainsi que WhatsApp et Oculus VR en 2014.

LE PLUS. Du 21 au 28 Avril 2012, des étudiants de l’option de spécialisation « Innovation » du Master in Management de l’ESCP Europe sont rendus en Israël à la découverte de sa Silicon Valley.

En effet, elle est connue pour accueillir autant de start-ups que son homologue californienne ! Récit d’un voyage très enrichissant qui a permis de mettre en lumière de nombreux aspects de la culture israélienne qui ont favorisé le développement de l’innovation.

Les élèves de l’option de spécialisation « Innovation » de l’ESCP Europe ont passé le dernier semestre de l’année a étudier les processus de l’innovation afin de s’orienter vers des carrières liées à ce domaine d’étude : entrepreneurs, manageur de l’innovation, marketing de l’innovation, conseil en innovation. Au cours de leur apprentissage, ils ont découvert que l’innovation n’est pas seulement l’invention, mais nécessite un écosystème complet pour pouvoir se développer et aboutir finalement à un succès commercial et par conséquent à une véritable innovation !

Pourquoi un voyage de fin d’étude en Israël ?

Les étudiants ont voulu se rendre dans une région qui présente un écosystème permettant de favoriser et développer l’innovation de diverses manières. Un programme chargé a été organisé afin que les étudiants puissent apprécier tout ce qui fait d’Israël un pays si innovant. Ils ont visité les centres d’innovation de grandes compagnies internationales comme Google, Qualcomm, Procter & Gamble et Better Place, des universités et centres de recherche (Université de Tel Aviv, le Technion, Institut Weizmann), des incubateurs et accélérateurs de start-up qui aident les jeunes entrepreneurs à développer leur projet (NGT Incubator à Nazareth et The Hive à Tel Aviv).

En quoi Israël est donc si différent ?

Le premier facteur est économique et gouvernemental. En effet, le pays possède la capacité à introduire rapidement sur le marché les innovations grâce à des Technology Transfer Offices qui aident la commercialisation des résultats de recherches universitaires, une certaine capacité à financer puis revendre les entreprises innovantes pour réinvestir, une diversité des secteurs innovants (IT, Web 2.0, Santé, Mobile, Jeux), des incubateurs financé à 85% par l’état, des avantages fiscaux, les soutiens publics en R&D et l’existence d’un marché de financement privé très important (fonds d’investissement, business angels).

D’autre part, la culture du peuple israélien semble jouer un rôle fondamental dans son économie flamboyante. La population est jeune (un tiers des israéliens a moins de 25 ans), vient d’origines différentes (société d’immigrants) et la hiérarchie est quasi inexistante dans ce pays (chacun s’appelle par son prénom, même avec son chef !). Ceci favorise un climat de liberté qui développe l’esprit d’initiative. En effet, chacun des interlocuteurs à qui nous avons eu affaire ont mis l’accent sur le fait que les jeunes entrepreneurs israéliens n’ont pas peur de tenter leur chance et que l’échec n’est pas condamné, bien au contraire. Les israéliens semblent porter en eux la volonté de construire quelque chose, comme leurs parents ont construit le pays.

Le service militaire obligatoire pour israéliens juifs (3 ans pour les hommes et 2 ans pour les femmes) est aussi un élément déterminant dans l’étude du dynamisme du pays. Celui-ci permet d’abord aux israéliens de se créer un puissant réseau qui leur servira toute leur vie. De plus, en fonction du potentiel de chacun, les plus brillants sont envoyés dans les services technologiques de l’armée qui renforcera leur savoir. Plusieurs israéliens nous ont confiés avoir eu des responsabilités managériales et financières très importantes dès leur entrée à l’armée vers l’âge de 22 ans.

Ce voyage a donc permis aux étudiants de comprendre comment Israël a réussi à mettre en place un écosystème complet permettant au pays de développer sa capacité d’innovation à travers la création d’une multitude de star-ups. L’enjeu futur du pays est de réussir à développer de manière durable des start-ups afin de créer de véritables multinationales qui donneront une renommée internationale à l’Israël.

 

 

Partager