Partager

La directrice de la Commission centrale électorale, Orly Ades, a fait des déclarations importantes lors d’une conférence de presse au Parlement.

Selon la loi, si la Knesset est dissoute automatiquement mercredi 11 décembre, date limite pour la formation d’un gouvernement, les élections pourraient avoir lieu le mardi 10 mars, jour déjà férié en raison de la fête de Pourim.

Ades a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la Knesset vote pour changer la date du scrutin mais « la maintenir à Pourim est possible. » « Nous mettrons en œuvre ce que la Knesset décidera », a-t-elle précisé.

Ades a établi une comparaison entre l’armée et la politique, affirmant que « c’est comme si il n’y avait pas de bases militaires ni d’armée permanente et que l’on ordonnait au chef d’Etat-major d’entrer en guerre ce soir. »

« J’ai entendu des gens parler de la tenue d’élections dans deux semaines », a-t-elle déploré. « Il y a ce sentiment que tout est possible et que, si organiser un scrutin en Angleterre prend 35 jours, alors nous en sommes aussi capables, » a-t-elle souligné.

La liste centriste de Bleu Blanc, dirigée par Benny Gantz s’oppose catégoriquement à siéger au sein d’une coalition conduite par le Premier ministre sortant Benyamin Netanyahou, mis en examen pour corruption.

Benyamin Netanyahou de son côté, souhaite rester au pouvoir et demande à occuper le poste de chef de gouvernement pendant les six premiers mois afin d' »accompagner des développements diplomatiques ».

Source : i24News

Partager