Partager

Une pétition a été déposée par un groupe d’intellectuels et de membres sécuritaires

La Cour suprême d’Israël a appelé lundi le procureur général à annoncer avant le 18 décembre s’il a l’intention de s’exprimer sur la question de savoir si Benyamin Netanyahou, mis en examen pour corruption, pourrait être désigné pour former le gouvernement.

La Cour suprême répondait à une pétition déposée par un groupe d’intellectuels et de membres sécuritaires tel que l’ancien chef du Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien) Carmi Gillon.

Jusqu’à présent, Avichaï Mandelblit avait refusé de donner son avis sur le sujet, estimant que « la question était hypothétique », tant que Benyamin Netanyahou n’est pas en position d’être désigné par le président Rivlin pour former un gouvernement.

Les élus israéliens ont jusqu’à mercredi pour réunir 61 signatures autour d’un député qui sera chargé d’établir une coalition, faute de quoi le pays se dirigera vers un nouveau scrutin, le troisième en moins d’un an.

La date de ces nouvelles élections législatives, si elles ont lieu, a déjà été fixée au 2 mars, et la position de M. Mandelblit au sujet de M. Netanyahou, s’il se prononce, pourrait être cruciale en cas de scrutin.

Lundi, le marathon des pourparlers se poursuivait.

Le chef de file de la liste centriste Bleu Blanc, Benny Gantz, a appelé Benyamin Netanyahou à renoncer à son immunité, condition nécessaire pour être « partenaires dans un gouvernement », mais le Premier ministre sortant n’a pas répondu.

Avigdor Lieberman, de son côté, refuse toujours de siéger avec les ultra-orthodoxes.

Source : i24News (Copyrights)

Partager