Partager

La CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) a publié son « World Investment Report » sur les flux mondiaux d’investissements étrangers. Les IDE (Investissements Directs Etrangers) reculent de 13 %. « Il s’agit là de la troisième baisse annuelle consécutive » explique la CNUCED. Elle explique cette chute par « le fait que les entreprises multinationales des États-Unis ont rapatrié leurs profits de l’étranger afin de tirer parti des réformes fiscales que les autorités américaines avaient adoptées en 2017 précisément dans ce but ». Les pays développés, les plus touchés, ont perdu 25% de leurs IDE.

Les pays méditerranéens tirent très bien leur épingle du jeu. L’Espagne se montre le pays le plus attractif. Elle se classe 9ème et gagne huit places. La France arrive 12ème (-1 place), suivie de l’Italie 15ème (+ 1place) et d’Israël 17ème (+ 2 places). En volumes, l’Espagne fait plus que doubler le montant de ses IDE, à 44 milliards de $. La France progresse également (+ 7 milliards à 37 milliards), tout comme l’Italie (+ 2 milliards à 24 milliards) et Israël (+ 2 milliards à 22 milliards).

« En Afrique du nord, les entrées d’IDE ont progressé de 7 % et atteignent 14 milliards $ » constate la CNUCED. L’Égypte reste le premier pays africain bénéficiaire d’IDE, malgré un recul des investissements de 8 %, à 6,8 milliards de $ ». Les industries pétrolière et gazière, en plein essor, lui permettent de limiter la casse.

Le Maroc fait mieux que résister et voit ses IDE progresser de 36% pour atteindre 3,6 milliards $. La finance et l’automobile expliquent en grande partie cette performance qui lui permet de se classer 4eme pays africain. « Le pays continue de bénéficier de performances économiques relativement stables et d’une économie diversifiée, qui attire des investissements étrangers » souligne le rapport.

Les IDE à destination de l’Algérie progressent de 22% à 1,5 milliard $ grâce aux secteurs du pétrole du gaz et de l’automobile. La Tunisie enregistre un hausse de ses IDE de 18% avec 1 milliard $.

Selon la CNUCED, « la France est le principal pays de provenance des investissements réalisés en Afrique, même si les montants concernés n’ont guère évolué depuis 2013. Elle est suivie par les Pays-Bas, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine ».

Gérard Tur

Partager