Partager

Ashdod, la métropole israélienne de la côte sud méditerranéenne du pays, reçoit le prix des Nations-Unies de la « ville méditerranéenne la plus respectueuse de l’environnement ». Elle a été récompensée pour ses efforts dans les domaines de l’efficience énergétique, les transports publics, la gestion des eaux et celle des ordures, la réduction des risques d’inondation, la protection de la côte et la sensibilisation et la formation du public.

La ville d’Ashdod a gagné face à cinq autres finalistes et reçoit ce prix des Nations-Unies pour la ville la plus écologique de l’année. C’était le 13 novembre à Naples lors, de la 21ème réunion annuelle des membres de la Convention de Barcelone.

Cette Convention de Barcelone et ses protocoles forment le cadre légal du Plan d’Action pour la Méditerranée, le PAM établi en 1975, sous l’égide du programme pour les mers régionales du PNUE, le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement. Son objectif premier était la lutte contre la pollution marine. Il a depuis été étendu à la gestion intégrée des zones côtières.

Le choix des finalistes et du vainqueur a été effectué par un comité formé de représentants des organes de tutelle, du Bureau de la Convention de Barcelone et trois experts indépendants. Derrière Ashdod,ont été retenues les villes de Crikvenica en Croatie comme deuxième et de Hatay en Turquie comme troisième.

Le maire d’Ashdod, Yehiel Lasri, s’est déclaré très honoré pour tous les habitants de la ville, qui considèrent la mer comme l’une de leurs ressources les plus importantes et qu’il continuera à travailler avec tous pour la protéger. Le ministre de la protection de l’environnement, Ze’ev Elkin, a noté dans ses compliments adressés à la ville, qu’Israël avait cessé tout déversement de polluants dans la Méditerranée.

Les mesures qui ont impressionné le jury sont celles concernant l’efficience énergétique, les transports publics, la gestion des ressources en eau, en particulier la réduction des fuites dans les réseaux, la bonne gestion des ordures avec une réduction significative de celles jetées dans les décharges publiques.

Les mesures prises par la ville pour protéger la côte ont aussi influé fortement sur le jury : d’une part, la réduction des risques d’inondation et la collecte des eaux de ruissellement urbaines, d’autre part la protection de la zone côtière.

Seuls 4 km de côte sont des zones construites, partout ailleurs une zone de 100 mètres sépare la côte ou les falaises des zones construites. Cette zone côtière est surveillée en permanence pour détecter toute trace de pollution et la ville a fortement investi pour sensibiliser le public afin qu’il agisse également dans le sens d’un développement durable.

Cette politique de combiner développement et protection de l’environnement est montrée comme modèle par le PNUE et le PAM, mentionnant l’importance de l’action des autorités locales pour la durabilité en Méditerranée.

Ashdod a reçu son prix le 4 décembre 2019 à Naples.

Sources : Times of Israel, Programme des Nations Unies pour l’Environnement

Partager