Partager

La banque d’Israël garde son taux inchangé. Après avoir relevé son taux en novembre 2018 (de 0.1% à 0.25%), l’autorité a décidé de le maintenir inchangé à 0.25%.

La Banque d’Israël est fondée le lorsque la Knesset approuve la loi qui transfère l’émission de devises et les fonctions de régulations du ministère des Finances à la banque nouvelle. Cependant, le contrôle sur le change avec les monnaies étrangères n’est attribué à la banque qu’en 1978. Devenue complètement indépendante du gouvernement en 1985, la Banque gère la politique monétaire depuis 1992, afin d’atteindre l’objectif d’inflation fixé par le gouvernement israélien (entre 1 et 3 % par an, actuellement, pour ce qui est considéré comme une stabilisation des prix). La Banque d’Israël est également chargée de la gestion des réserves de devises étrangères.

En 2010, la Banque d’Israël était classée première parmi les banques centrales pour l’efficacité de son fonctionnement, selon le IMD’s World Competitiveness Yearbook.

La Banque d’Israël est assez originale comparée à d’autres institutions financières, dans le fait que seul le gouverneur décide des changements des taux au lieu qu’ils soient votés par les membres d’un comité directeur. Avant la prise de décision, les discussions se font à deux niveaux : d’abord en comité puis au sein d’un forum élargi.

Le forum élargi comprend le gouverneur, le gouverneur adjoint, les directeurs de départements et les économistes de département dans leur ensemble, et les économistes présentent les conditions et données financières et économiques.

Le forum restreint, qui ne comprend que le gouverneur, le gouverneur adjoint et les directeurs de départements, est plus orienté vers le débat. Les directeurs présentent leurs opinions et recommandations, avant que le gouverneur prenne sa décision.

En mars 2010, la Knesset approuve une nouvelle loi sur la Banque d’Israël, qui prend officiellement effet le suivant. La nouvelle loi définit clairement les objectifs de la banque et lui donne l’indépendance concernant le choix des outils de sa politique et leur intégration.

 

Partager