Partager

EDITORIAL. Orly Ginsberg Ben-Ari n’est pas une inconnue pour moi. C’est une femme exceptionnelle qui a du se battre plus que de coutume pour atteindre des postes clés. Elle a une formation juridique « normale ». Ginsberg Ben-Ari parle l’arabe, a une connaissance hors du commun et très profond du système israélien de sécurité (son niveau de sécurité est le plus élevé possible en Israël) et surtout elle est … intègre. Etant une femme sépharade (sa famille est d’origine irakienne), de petite taille, qui refuse de rencontrer des personnes dans un but unique de networking elle fait partie de cette élite israélienne rejetée par le « main stream ». Amir Ohana l’a connait bien. Il a eu l’occasion de la croiser. Impressionnante de professionnalisme. Les requins vont se jeter sur elle et sa vie privé. Quel bonheur de vivre en Israël… (Daniel Rouach).

SELON i24News : « Contre l’avis du procureur général, et suscitant déjà la polémique avec les autorités judiciaires, le ministre israélien de la Justice Amir Ohana a annoncé mardi la nomination de la procureure adjointe du district central, Orly Ginsberg Ben-Ari, en remplacement temporaire de Shai Nitzan, bras droit d’Avichai Mandelblit.

« Il ne fait aucun doute qu’Orly travaillera pour préserver tout ce qui mérite d’être préservé et contribuera à renforcer la confiance du public au sein de cette institution extrêmement importante », a déclaré M. Ohana dans un communiqué.

De son côté, l’administrateur à la fonction publique, le rabbin Daniel Hershkowitz, a peu après réagi, estimant que la nomination de Mme Ginsberg-Ben Ari « pourrait nuire au bon fonctionnement du parquet », son dernier poste occupé n’étant pas, selon lui, suffisamment élevé dans la hiérarchie organisationnelle.

En l’absence de coalition gouvernementale, M. Ohana, nommé lui-même au sein d’un gouvernement temporaire, ne peut désigner qu’un remplaçant par intérim à M. Nitzan qui a quitté ses fonctions lundi.

Avichai Mandelblit avait préalablement averti lors de réunions à huis clos, qu’il n’accepterait pas automatiquement la proposition du ministre, se réservant le droit de faire intervenir la Cour suprême.

Mme Ginsberg Ben-Ari a occupé divers postes à haute responsabilité pendant 28 ans au sein du bureau du procureur de l’Etat, et son expérience est vaste en matière de criminalité et de sécurité.

M. Mandelblit pourrait cependant empêcher sa nomination pour des raisons juridiques, la décision du ministre ayant été prise en période de campagne électorale, et contre son avis ».

Partager