Partager
Plus de 11.000 scientifiques de 153 pays ont signé l’appel à l’urgence climatique suite à l’étude publiée par l’Oregon State University (USA) dans la revue BioScience. Interrogé par Israël Science Info, le Pr William Ripple, chercheur principal de l’étude, a indiqué que « près de 60 chercheurs israéliens ont signé cet appel ».
Ces chercheurs font partie des institutions et laboratoires israéliens suivants : Université Hébraïque de Jérusalem, Centre Volcani, Technion, Université de Haïfa, Dead Sea and Arava Science Center, Université de Tel Aviv, Université Ben Gourion du Néguev, Israeli Marine Mammals Research &Assistance Center (IMMRAC), Université Bar-Ilan, Open University, Israel Oceanography and Limnology Research (IOLR), Université d’Ariel (Judée Samarie), Achva academic college, Weizmann Institute of Science, Geological Survey Of Israel (GSI), Holon Institute of Technology (HIT), Genaphora, The Max Stern Yezreel Valley College (yvc), Smart Diamond Technologies Lda, Mekorot, Sani Shamoon College of Engineering (SCE)…
William Ripple, professeur en écologie à l’Université de l’Oregon, était déjà chercheur principal d’une étude publiée en 2017 qui avait recueilli des milliers de signatures « World Scientists Warning to Humanity ». L’étude affirme que « des souffrances humaines indescriptibles » sont inévitables sans changements profonds et durables des activités humaines qui contribuent aux émissions de gaz à effet de serre et à d’autres facteurs liés au changement climatique.
Les indicateurs sont : croissance de la population et de la consommation énergétique, de la déforestation, de la consommation de viande, du nombre de voyages en avion, des concentrations et émissions de gaz à effet de serre, des températures, de l’acidification des océans, de la fonte des calottes glaciaires, du niveau des océans et du recul des traits de côte…
Cette alliance mondiale est emmenée par le Pr William Ripple et le Pr Christopher Wolf de l’Oregon State University. «Malgré 40 ans de négociations mondiales d’envergure, nous avons continué à faire comme si de rien n’était et nous n’avons pas réussi à faire face à cette crise», a déclaré le Pr Ripple, « Le changement climatique est là et il s’accélère plus rapidement que prévu ».
Les scientifiques soulignent six domaines dans lesquels l’humanité devrait prendre des mesures immédiates pour ralentir les effets du réchauffement de la planète :
1. Energie. Mettre en œuvre une meilleure efficacité énergétique ; remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables à faible émission de carbone ; laisser les stocks restants de combustibles fossiles dans le sol ; annuler les subventions aux entreprises de combustibles fossiles ; et imposer des redevances sur le carbone suffisamment élevées pour limiter l’utilisation de combustibles fossiles.
2. Polluants de courte durée. Réduire rapidement les émissions de méthane, de suie, d’hydrofluorocarbones (HFC) et d’autres polluants ce qui permettrait de réduire de plus de 50% la tendance au réchauffement à court terme au cours des prochaines décennies.
3. Nature. Restaurer et protéger des écosystèmes tels que les forêts, les prairies, les tourbières, les zones humides et les mangroves, et permettre à une plus grande partie de ces écosystèmes d’atteindre leur potentiel écologique en matière de séquestration du dioxyde de carbone atmosphérique, un gaz clé à effet de serre.
4. Alimentation. Manger plus de végétaux et moins de produits d’origine animale. Le changement de régime alimentaire réduirait considérablement les émissions de méthane et d’autres gaz à effet de serre et libérerait des terres agricoles pour la production de nourriture humaine plutôt que d’aliments pour le bétail.
La réduction du gaspillage alimentaire est également cruciale, les scientifiques affirment qu’au moins un tiers de tous les aliments produits finissent dans les ordures.
5. Economie. Passer à une économie sans émissions de CO2 afin de remédier à la dépendance de l’homme à l’égard de la biosphère et déplacer les objectifs de la croissance du produit intérieur brut vers la prospérité. Freiner l’exploitation des écosystèmes pour maintenir la durabilité de la biosphère à long terme.
6. Population. Stabiliser une population humaine mondiale augmentant de plus de 200 000 personnes par jour, grâce à la justice sociale et économique.«Atténuer et s’adapter au changement climatique tout en respectant la diversité humaine implique des transformations majeures dans les modes de fonctionnement et d’interaction de notre société mondiale avec les écosystèmes naturels», indique l’étude.
«Les organismes gouvernementaux font des déclarations d’urgence climatique. Les élèves et étudiants se mobilisent. Des procès pour écocide sont en cours devant les tribunaux.

Les mouvements de citoyens à la base exigent des changements et de nombreux pays, états et provinces, villes et entreprises réagissent. En tant qu’Alliance des scientifiques du monde, nous sommes prêts à aider les décideurs dans une transition juste vers un avenir durable et équitable ».
Au cours des dernières décennies, de nombreuses autres assemblées mondiales ont convenu qu’une action urgente était essentielle, mais les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter rapidement.
On peut aussi citer l’augmentation soutenue de la production de viande par habitant, la perte de la couverture forestière mondiale et le nombre de voyages aériens.
Il y a des signes encourageants, notamment une baisse du taux de natalité mondial et une diminution de la perte de forêts en Amazonie brésilienne, ainsi qu’une augmentation de l’énergie éolienne et solaire, mais si le taux de natalité a ralenti au cours des 20 dernières années, le rythme de la perte de forêts amazoniennes recommence à augmenter.
«La température de surface, la teneur en chaleur des océans, les conditions météorologiques extrêmes et leurs coûts, le niveau de la mer, l’acidité des océans et la superficie brûlée aux États-Unis sont en augmentation», a déclaré le Pr Ripple.
«Globalement, la glace est en train de disparaître rapidement, comme en témoigne la diminution minimale de la banquise arctique estivale, des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, ainsi que l’épaisseur des glaciers. Tous ces changements rapides soulignent le besoin urgent d’agir ».
Les auteurs suggèrent que les populations peuvent faire pression sur les dirigeants politiques pour prendre des mesures correctives.
Depuis 1992, année où plus de 1700 scientifiques – dont la majorité des lauréats du prix Nobel de sciences vivant – ont signé un «World Scientists’s Warning to Humanity», publié par l’Union of Concerned Scientists, les tendances mondiales se sont aggravées.
Depuis un siècle, l’Oregon State University est un centre d’enseignement, d’apprentissage et de recherche de niveau mondial. Elle offre des programmes en sciences des écosystèmes durables, de la gestion des forêts et de la fabrication de produits de bois ; mène de la recherche fondamentale et appliquée à la nature et à l’utilisation des forêts ; exploite 14 000 hectares de forêts universitaires.Traduction et adaptation Esther Amar

Source Israel Science Info

Partager