Partager

L’Iran a relancé jeudi des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, conformément à sa décision de réduire encore davantage ses engagements internationaux concernant son programme nucléaire.

L’annonce mardi de la reprise des activités de Fordo, gelées en vertu de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, a suscité l’inquiétude de la communauté internationale. Les Etats-Unis qui se sont unilatéralement retirés en 2018 de ce pacte ont eux dénoncé un « chantage nucléaire ».

C’est le président iranien Hassan Rohani qui a fait cette annonce, au lendemain de l’expiration du délai donné par l’Iran aux Etats encore parties à l’accord (Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) pour l’aider à surmonter les conséquences du retrait américain et des sanctions rétablies par Washington qui ont plongé son économie dans une sévère récession.

« Dans les premières minutes de jeudi (…), la production et collecte d’uranium enrichi (ont démarré) dans les installations de Fordo », à environ 180 km au sud de Téhéran, a indiqué l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

« Toutes ces activités ont été réalisées sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique » (AIEA), ce qu’une source proche de cet organe de l’ONU chargé du contrôle du programme iranien a confirmé.

L’AIEA a par ailleurs jugé « inacceptable » que Téhéran ait « momentanément empêché » une de ses inspectrices de quitter l’Iran en raison de suspicions à son encontre, en évoquant un incident survenu fin octobre sur le site de l’usine d’enrichissement de Natanz (centre). L’Iran a confirmé avoir retiré l’accréditation d’une inspectrice de l’AIEA.

Source :i24News.

Partager