Partager

IsraelValley a eu l’occasion d’assister à la Conférence Elnet, qui était cette année éblouissante d’intelligence. La seconde édition de la « ELNET International Policy Conference » a eu lieu à Paris du 9 au 11 Novembre. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, était présent ce dimanche soir dernier à cette Conférence Elnet qui a eu lieu à l’Hôtel Salomon de Rothschild. (C’est un hôtel particulier situé au 11, rue Berryer, dans le 8ᵉ arrondissement de Paris). Il était l’invité spécial d’Arié Bensemhoun, Directeur exécutif de Elnet depuis 2011.  Arié Bensemhoun a été président de la communauté de Toulouse pendant plusieurs années.

Elnet est une organisation européenne indépendante et apolitique, qui oeuvre au renforcement des relations entre l’Europe et Israël. Lors de son allocution le Ministre Français a encore une fois confirmé son approche positive et son soutien aux actions d’Israël. Refusant de lire un texte préparé par des bureaucrates qui n’ont jamais mis les pieds en Israël, il s’est exprimé avec beaucoup de liberté et de pertinence. Sa connaissance du dossier Moyen-Oriental est réelle et profonde. Son allocution était très proche de celle de l’an dernier où il avait promis que « la France s’opposera toujours au boycott économique d’Israël ».

« Lorsque j’ai rencontré le Premier ministre (israélien) Benyamin Netanyahou, nous avons convenu de doubler les échanges commerciaux entre la France et Israël, et que les relations commerciales entre les deux pays seront beaucoup plus étroites qu’aujourd’hui. Cela signifie qu’il n’y a aucun moyen d’accepter un boycott des produits israéliens et la France refusera toujours un tel boycott », avait-t-il affirmé en 2018 lors de la première conférence internationale d’Elnet.

Le ministre français avait déjà condamné en 2018 « les intentions politiques derrière le boycott de stigmatiser Israël ». « Lorsque nous connaissons l’implication des superpuissances au Moyen-Orient, il est clair qu’Israël a besoin de la protection des plus grands pays d’Europe », avait-t-il remarqué.

« Le président de la République a déclaré qu’au-delà des divergences d’opinions que nous avons avec Israël, comme avec tout ami, une chose ne fera jamais l’objet de négociations – c’est la sécurité et la souveraineté de l’État d’Israël », avait-t-il conclu.

Partager