Partager
En Israël les ventes pour le Black friday ont été exceptionnelles. Une croissance à deux chiffres. Même dans les milieux ultra-orthodoxes de Bnei Berak les ventes du Black Friday ont été exceptionnelles. Avec un pouvoir d’achat en progression permanente les israéliens sont devenus des hyper-consommateurs. le Centre Arielle a été au coeur de la folie d’achats à Tel-Aviv. Il n’y a pas eu de blessés ni bousculades dans les magasins bourrés d’acheteurs compulsifs affamés de bons prix. Le rédacteur en Chef d’IsraelValley n’a rien acheté. En effet, il fait partie des rares israéliens qui valorise la frugalité. (DR)
Selon La Tribune : « Journée devenue semaine exceptionnelle de soldes en ligne, le Black Friday déclenche cette année une crispation inédite dans la société civile. Derrière les initiatives (appels au boycott, blocages d’entrepôts, « Noël des PME françaises », amendement de Delphine Batho…) se dessine la contestation du modèle de société incarné par Amazon, perçu comme consumériste, socialement irresponsable et destructeur pour l’environnement. Mais le géant américain devrait quand même battre des records de ventes.

La lune de miel entre les Français et le Black Friday, cette journée devenue semaine de soldes exceptionnelles, est-elle terminée ? Importée des Etats-Unis depuis 2013, l’initiative déclenche cette année en France une contestation sociale et politique d’une ampleur inédite. En cause : l’impact social, économique, urbanistique et environnemental du e-commerce, incarné par Amazon qui domine le secteur de la tête et des épaules puisqu’il cristallise à lui seul 20% des achats sur Internet en France. Grande fête de la sur-consommation à coups de promotions exceptionnelles et parfois trompeuses, le Black Friday devient, pour une frange de plus en plus importante de la population, un symbole de l’ultra-libéralisme, de « l’ubérisation » de la société et, globalement, de l’impact négatif des géants de la tech comme Amazon.

 

Blocages d’entrepôts et appels au boycott contre « l’aberration écologique et économique » du Black Friday

Ainsi, depuis la semaine dernière, les appels au boycott du Black Friday se multiplient. Youth for Climate, Extinction Rebellion ou encore Attac ont notamment appelé à des marches ou blocages de protestation, ainsi qu’à des actions de « désobéissance civile » pour transformer le Black Friday en « Block Friday ». Certaines entreprises affichant leur préoccupation environnementale -réelle ou opportuniste- ont également renoncé à y participer, rejoignant le mouvement du « Green Friday » encourageant à des actions éco-responsables de la part des consommateurs, promues entre autres par l’association Emmaus.

Des manifestations et des blocages d’entrepôts Amazon se sont également déroulés jeudi et vendredi. Entre 50 et 100 militants de mouvements écologistes (ANV-COP21 et Amis de la Terre) ont brièvement bloqué jeudi après-midi le centre de distribution de Brétigny-sur-Orge (Essonne), débouchant sur huit interpellations par la police pour « entrave à la circulation ». Vendredi, des militants d’Attac, de Greenpeace et d’Extinction Rebellion ont manifesté devant le siège d’Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine) et bloqué des entrepôts en région parisienne, près de Lille et près de Lyon, où des images relayées sur Twitter par Extinction Rebellion montrent des jeunes évacués sans ménagement par les forces de l’ordre ». (https://www.latribune.fr)

Partager