Partager

L’enquête pour une éventuelle destitution de Donald Trump se poursuit et désormais chaque jour apporte un nouveau témoignage à charge contre le président.

Avec notre correspondante à New York,  Loubna Anaki

L’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, qui était passé devant la commission d’enquête le mois dernier, vient de modifier son témoignage. Il reconnaît qu’il y avait bien pression sur l’Ukraine pour enquêter sur les adversaires politiques de Donald Trump.

Dans une lettre de trois pages adressée à la commission d’enquête du Congrès, Gordon Sondland revient sur son premier témoignage. L’ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne dit s’être souvenu d’une conversation en marge d’une rencontre entre le vice-président Mike Pence et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« J’ai dit à l’un des conseillers du président Zelensky que l’aide promise par les États-Unis dépendait de l’ouverture de l’enquête officielle qu’on avait déjà évoquée à plusieurs reprises », écrit Gordon Sondland.

Un revirement ! Car lors de son premier passage à huis clos devant la commission, Gordon Sondland avait expliqué ne pas connaître les raisons du blocage de l’aide militaire américaine.

Ce nouveau témoignage confirme un peu plus les soupçons de pressions sur l’Ukraine de la part de la Maison-Blanche en échange de l’ouverture d’une enquête sur l’un des principaux candidats démocrates, Joe Biden.

C’est la première fois qu’un proche de Donald Trump offre un témoignage aussi incriminant pour le président américain.

La liste des témoignages à charge dans cette affaire dite ukrainienne continue donc de s’allonger. De nouveaux responsables ont été entendus aujourd’hui. Parmi eux un ancien envoyé spécial en Ukraine qui a lui aussi, évoqué le rôle joué dans ce dossier par l’avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani qui aurait été à la tête d’un canal diplomatique de l’ombre.

De son côté, la Maison Blanche continue de dénoncer une campagne orchestrée par les démocrates. Et les républicains continuent de soutenir le président américain.

Partager