Partager

L’armée israélienne a abattu l’un des commandants du Djihad islamique, allié du Hamas que l’État hébreu considère comme des organisations terroristes, lors d’une frappe menée ce mardi à l’aube contre son domicile dans la bande de Gaza. Les sirènes d’alarme ont été activées dans de nombreuses villes israéliennes à proximité de Gaza, où les écoles ont été fermées, et jusque dans la métropole économique Tel-Aviv.

«Il y a eu un nombre important de tirs vers Israël», a déclaré lors d’une conférence téléphonique le porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus. «Notre message au Hamas et au Djihad islamique palestinien est que nous ne cherchons pas une escalade (…) mais que nous sommes prêts à des scénarios défensifs et offensifs (…) Nous nous préparons à plusieurs jours d’affrontements», a-t-il déclaré.

Les milieux économiques israéliens s’attendent à une période très difficile. Déjà de nombreuses entreprises de la Région proche de Gaza sont en état d’alerte. Des employés sont consignés chez eux. La Bourse de Tel-Aviv va certainement fortement réagir dans la journée. Les israéliens, qui ont des responsabilités économiques importantes, sont en général très habitués à ce type de situation. Une conférence de presse de Benyamin Netanyahou et du chef d’Etat-major Aviv Kokhavi est prévue à 10.30. De nombreuses missions d’hommes d’affaires étrangers (dont de nombreux Français) qui ont décidé de se rendre en Israël pour des salons (Watec à Tel-Aviv) attendent avec impatience des nouvelles sur la situation sécuritaire.

Selon i24 News : « Les écoles de Tel Aviv, de la région centre et des localités proches de Gaza resteront fermées ce mardi, tandis que le cabinet de sécurité se réunit actuellement à la Kyria (quartier général de l’armée) à Tel Aviv. Les points de passages de Kerem Shalom et Erez sont également fermés jusqu’à nouvel ordre.

La mairie de Hertliya a ordonné l’ouverture des abris anti-missiles. L’alerte à la roquette a retenti à Tel Aviv, deux roquettes ont été interceptées au dessus du sud de la ville. Dans la région centre, l’armée interdit tout rassemblement de plus de 300 personnes ».

Avis d’expert : « L’économie israélienne qui bénéficie d’une croissance soutenue, d’un taux de chômage faible et d’une bonne dynamique de ses exportations peut encaisser un conflit court ».

Partager