Partager

On compte plusieurs écovillages en Israël. Le Negev semble être une région propice puisque l’on y trouve un certain nombre, qui existent déjà depuis près de 30 ans.

Le Kibboutz Kramim a entrepris il y a 6 ans une transformation destinée à le sauver d’une fin certaine. Pour se remettre sur les rails, l’endroit est devenu écologique et ouvert à tous : laïcs et religieux. Aujourd’hui, il compte 200 membres et beaucoup d’autres sont inscrites sur la liste d’attente pour rejoindre l’aventure.

Le Yishouv Azouz est aussi un exemple parfait de cette tendance. Eloigné de tout centre urbain, il se base réellement sur le recyclage. Ainsi, on y trouve des maisons construites sur la base d’anciens wagons de train, d’anciens autobus ou encore de containers et des escaliers sont bâtis à partir de plastique recyclé.

Certains habitants avouent y être arrivés parce qu’ils ont aimé l’endroit, ses espaces et sa proximité avec la nature. Mais ils ne pensaient pas en arriver à tant d’écologie.  »On se laisse prendre au jeu du recyclage et on s’aperçoit de l’éventail des possibilités ».

On peut aussi prendre l’exemple de Sdé Tsvi où les gens vivent dans des maisons de terre.  »Nous y utilisons le feu et non l’électricité », témoigne cet habitant,  »nous faisons pousser nos propres légumes et nos habits sont fabriqués à partir de recyclages ».

Dans tous ces villages, outre l’amour de la nature et la volonté de vivre à son rythme, ce qui ressort des témoignages est la chance de pouvoir évoluer au sein d’une société humaine authentique et solidaire.

Guitel Ben-Ishay (LPH)

Partager