Partager

Gideon Sa’ar est un homme politique israélien, né le 9 décembre 1966 à Tel Aviv-Jaffa. Il est membre de la Knesset de 2003 à 2014 et depuis 2019, ministre de l’Éducation de 2009 à 2013 et ministre de l’Intérieur de 2013 à 2014. Selon Jacques Benillouche : »Il ne fait aucun doute qu’il a l’étoffe d’un premier ministre. Certes ambitieux, il avait cependant choisi de démissionner de la Knesset en octobre 2014 pour la fausse excuse de s’occuper de sa famille dans un modeste appartement de Tel-Aviv, dans le cadre d’une pause politique qui lui a permis de réfléchir. Il dispose d’une excellente conseillère en la personne de sa deuxième femme, la journaliste et animatrice de télévision Géoula Even Saar, qu’il a épousée en deuxième noce en 2013. Elle avait d’ailleurs quitté la télévision en 2018 pour aider son époux à la conquête du parti, voire du pays ».

LE PLUS. À la naissance, Sa’ar se nomme Gideon Moses Serchanski. Une partie de sa famille est originaire de Boukhara. Il étudie les sciences politiques à l’université de Tel Aviv et y obtient un Bachelor of Arts puis un Bachelor of Laws. Il travaille, de 1995 à 1997, dans le cabinet de Michael Ben-Yair, le conseiller juridique du gouvernement. Puis dans le cabinet du procureur de l’État jusqu’en 1998.

Sa’ar rejoint ensuite le secrétariat du gouvernement en 1999, puis de 2001 à 2002 après la victoire d’Ariel Sharon lors de l’élection de février 2001.

Il est élu à la 16e Knesset sur la liste du Likoud lors des élections législatives de 2003. Sa’ar est nommé président du groupe parlementaire du Likoud. Il s’oppose au Plan de désengagement des territoires occupés et tente de faire passer une proposition de loi demandant un référendum sur ce plan.

Sa’ar est réélu à la 17e Knesset lors des élections législatives de 2006. Il garde son poste de président du groupe du Likoud et devient vice-président de la Knesset.

Lors de son second mandat, Sa’ar dépose deux propositions de lois : une pour emprisonner les employeurs qui licencient des femmes enceintes et une pour interdire les tests cosmétiques sur les animaux.

En décembre 2008, la liste de l’aile dure du Likoud menée par Sa’ar, Silvan Shalom et Moshe Feiglin remporte la primaire interne et Sa’ar se retrouve deuxième, derrière Benyamin Netanyahou, sur la liste du Likoud pour les élections législatives de 2009. Sa’ar est réélu lors des législatives et est nommé ministre de l’Éducation le 31 mars 2009.

Son action en tant que ministre de l’Éducation est marquée par l’accentuation de l’enseignement des valeurs et héros sionistes dans les programmes scolaires. Son travail est apprécié par les deux syndicats d’enseignants qui en mars 2013, au moment de la formation du gouvernement, expriment leur souhait de garder Sa’ar comme ministre de l’Éducation. Sa’ar lui aussi souhaite rester à ce poste mais après les négociations de formation du gouvernement de coalition, c’est le rabbin Shaï Piron (Yesh Atid) qui est nommé poste de ministre de l’Éducation, alors que Sa’ar devient ministre de l’Intérieur.

En février 2013, il est accusé par une lettre anonyme envoyée au premier ministre Benyamin Netanyahou d’abus sexuels à l’encontre d’un membre de son cabinet. En mars, le procureur de l’État annonce que la lettre est un faux et innocente le ministre. Du 18 mars 2013 au 4 novembre 2014, il occupe le poste de ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Netanyahou III.

Le , il est de nouveau élu député pour la 21e législature de la Knesset. En 2012, Sa’ar se sépare de son épouse, mère de leurs deux filles, avec laquelle il vivait depuis 20 ans. En 2013, il épouse en secondes noces l’animatrice de télévision Guéoula Even, avec laquelle il aura un garçon et une fille.

Partager