Partager
En amont de la Journée Internationale de l’Elimination de la Violence à l’Egard des Femmes, le Bureau central des statistiques israélien (CBS) a publié les résultats d’une enquête attestant du nombre d’agressions dont les femmes ont été victimes en Israël en 2018.

Selon une étude menée auprès d’un échantillon représentatif de la population israélienne âgée de 20 ans et plus, pas moins de 140.000 femmes ont été harcelées sexuellement, et plus de 95% d’entre elles n’ont déposé aucune plainte à la police. 37.000 femmes ont signalé avoir été harcelées sur leur lieu de travail, dont 13.000 par un supérieur.

En tout, quelque 336.000 femmes ont subi des agressions diverses, parmi lesquelles 15.000 ont été victimes d’un délit sexuel, tel que le viol, la tentative de viol ou l’attentat à la pudeur.

L’enquête indique que 79,2% de ces victimes n’ont pas porté plainte, la plupart affirmant avoir eu honte d’en parler, d’autres ne pas avoir souhaiter déranger la police.

Selon cette source, 68.000 femmes sont victimes de violence domestique ou de menaces de violence – un nombre plus élevé que les hommes victimes des mêmes délits – 66,1% contre 33,9%.

En 2018, 6.488 femmes ont trouvé assistance auprès des 113 centres de prise en charge déployés dans tout le pays.

Un nouveau foyer devrait ouvrir à Tel Aviv l’année prochaine, et trois autres dans les années à venir.

Depuis 2004, 163 femmes ont été assassinées par leur conjoint, 50% d’entre elles étaient connues des services sociaux.

Source I24News

Partager