Partager

EL AL a effectué son dernier entre Rome et Tel Aviv avec un Boeing 747 et, à l’occasion, il lui a été attribué le numéro de vol spécial – LY1747, après l’avoir utilisé pendant 48 ans.

Aussi, pour son dernier vol spécial de retraite de Rome en Italie à Tel Aviv, le commandant de bord à la barre de « Queen of the Skies » a rendu le voyage encore plus mémorable en modifiant la trajectoire de vol pour qu’elle ressemble à la silhouette d’un avion Boeing survolant la mer Méditerranée.

Doté d’ailes, d’un nez, d’une queue et de moteurs symétriques, le jet tracé par la trajectoire de vol est visible sur FlightRadar24, avec un niveau de précision impressionnant.

L’avion était le dernier 747 de la flotte d’El Al ; la compagnie aérienne les a progressivement remplacés par le Boeing 787-9 Dreamliner, plus efficace.

Pour beaucoup de pilotes, le 747 est un avion emblématique. C’est l’avion qui a changé l’aviation mondiale et ouvert des routes qui n’auraient jamais été possibles autrement, non seulement sur le plan économique, mais aussi en termes de portée, mais il a été détrôné par des avions plus économes en carburant et de plus faible capacité, comme les 787 et les A350.

Ce n’est pas la première fois qu’un pilote « dessine » quelque chose dans le ciel avec une trajectoire de vol. Boeing a dessiné un 787 dans le ciel, et Airbus a dessiné un sapin de Noël dans le ciel, pour ne donner que quelques exemples. Cependant, dans ces cas-là, il s’agissait de vols d’essai où il fallait de toute façon voler sans destination, alors que dans ce cas-ci, il s’agissait d’un vol avec de vrais passagers.

Source : Independant & Israël Valley

 

Partager