Partager

L’économie israélienne est sujette à une impasse politique depuis des mois. Le gouvernement sortant actuel n’a pas les prérogatives pour voter des budgets. Les analystes estiment que le prochain gouvernement devra réduire les dépenses pour respecter les objectifs budgétaires. Très certainement les israéliens devront se serrer un peu plus leur ceinture, car il est probable que les impôts augmenteront. Jusqu’à l’adoption d’un budget (2020), aucune modification ne peut être apportée aux dépenses.

Le gouvernement intérimaire de Netanyahu n’’est pas en mesure de maîtriser un trou budgétaire conséquent qui retarde l’approbation par le parlement du budget de l’année prochaine en 2020. Israël occupe selon l’OCDE  l’avant-dernière place en ce qui concerne ses dépenses non sécuritaires. Dans ces conditions, la Banque d’Israël a déclaré dans un rapport qu’avec des possibilités de budget civil aussi faibles, il est sera difficile pour le gouvernement d’affecter des ressources à des mesures politiques pour consolider la croissance économique à long terme”. Gérard BENHAMOU

Partager