Partager

Face à la concurrence de la Chine et des Etats-Unis, Israël profite de l’expérience de ses militaires aux frontières pour s’imposer comme une superpuissance des appareils pilotés à distance.

Cette industrie stratégique est tenue par des anciens de l’armée et des services de sécurité, devenus PDGs, fondateurs, ingénieurs et membres des conseils d’administration des plus de 50 start-up locales du secteur.

« En Israël, tout le monde (dans l’industrie) est un ex-soldat ou officier de l’armée, et les ingénieurs qui créent ces systèmes sont eux-mêmes réservistes. Ils reviennent donc au bureau avec des données fraîches, ce qui réduit le cycle de développement », explique Ronen Nadir, CEO de la start-up BlueBird Aero Systems.

Dès 1969, l’armée israélienne utilisait un modèle réduit d’avion télécommandé muni d’une caméra, pour espionner l’Egypte voisine, avant de lancer un vaste programme pendant la guerre du Liban. Aujourd’hui, Israël survole le marché mondial du drone, face toutefois à la concurrence croissante de la Chine et des Etats-Unis.

Récemment, les Etats-Unis ont devancé leur allié israélien en exportant leur Global Hawk, un drone à haute performance et plus onéreux, et des Prédateurs, vendus notamment sur le marché européen.

Pourtant, face aussi à la concurrence de la Chine qui vend à « des pays auxquels Israël ne vendrait pas », l’Etat hébreu « reste certainement dans le top-3, voire le top-2 » mondial, souligne Philip Finnegan, chef des analyses de marché à la firme américaine Teal Group.

Le marché mondial du drone avoisine actuellement 12 milliards de dollars, mais devrait atteindre 25 milliards en 2029, selon la firme Teal, pour qui les appareils à usage civil dépasseront alors ceux à vocation militaire.

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/1574934595-fabrications-de-drones-en-israel-une-industrie-strategique-tenue-par-des-anciens-de-l-armee

Partager