Partager
Selon une nouvelle étude commandée par Mastercard, les États-Unis sont devenus « le meilleur pays au monde pour être une femme entrepreneure ». La nation nord-américaine a de loin dépassé le leader de l’année dernière, la Nouvelle-Zélande, pour se positionner comme le moteur mondial des fondatrices dans l’Index of Women Entrepreneurs 2019 de Mastercard, publié mercredi.

L’étude, qui s’appuyait sur des données publiques émanant d’organismes tels que l’Organisation internationale du Travail, l’UNESCO ou encore le Global Entrepreneurship Monitor, a révélé que les États-Unis se classaient au premier rang dans l’ensemble des trois principaux segments considérés comme favorables à l’entreprenariat féminin.

a) les résultats de l’avancement des femmes, tels que leur participation à la population active
b) Actifs de connaissances et accès financier, y compris la capacité d’obtenir un financement
c) soutenir des facteurs entrepreneuriaux, tels que la perception culturelle des femmes entrepreneurs.

Sur un total de 100 points, les États-Unis ont marqué 70,3 points, alimentés par « l’augmentation du taux d’activité entrepreneuriale des femmes » et par un renforcement des conditions favorables, telles que la facilité à faire des affaires. La Nouvelle-Zélande a obtenu 70,2 points grâce à une gouvernance solide et à un bon soutien financier.

Le Canada (69) s’est classé au troisième rang, encore une fois pour sa bonne inclusion financière et ses perceptions culturelles saines. Israël (68,4), l’Irlande (67,7), Taïwan (66,2), la Suisse (65,8), Singapour (65,6), le Royaume-Uni (65,6), le Royaume-Uni (65,6), la Pologne (65,1), les Philippines (65,6).

L’Iran (42,3), l’Arabie saoudite (42), l’Algérie (39), le Bangladesh (35,9) et l’Égypte (35,7) se situent au bas de la liste, en raison de facteurs tels qu’une éducation limitée, un soutien insuffisant aux PME et une faible inclusion financière.

Mastercard a déclaré que le rapport, qui en est à sa troisième année d’existence, a pour objectif de célébrer les marchés qui ont permis des avancées significatives dans la promotion de l’égalité des sexes.

Toutefois, la société de paiement a ajouté qu’il restait encore beaucoup à faire, même sur les marchés les plus développés.

« Ce qui ressort clairement de cette recherche est que l’inégalité entre les hommes et les femmes persiste dans le monde entier, bien qu’elle se manifeste de différentes manières », a déclaré Julienne Loh, vice-présidente exécutive des partenariats d’entreprise de Mastercard pour la région Asie-Pacifique.

« Ce n’est pas un problème de pays développé ou en développement. Même sur les marchés où les conditions entrepreneuriales sont les plus prometteuses, les femmes propriétaires d’entreprises ne sont pas pleinement exploitées.

Cette marginalisation entrave l’autonomisation des femmes sur les plans social, professionnel, économique et politique. au détriment de la société dans son ensemble « , at-elle ajouté.

Le rapport a pris en compte 58 pays, qui représentent ensemble près de 80% de la main-d’œuvre féminine mondiale.

Le Mexique, la Suède et l’Arabie Saoudite ont enregistré la plus forte baisse d’activité entrepreneuriale des femmes l’an dernier, tandis que la France, Taiwan et l’Indonésie ont enregistré une légère hausse.

Il est intéressant de noter que le rapport a noté que le plus grand équilibre entre hommes et femmes au niveau de l’entreprise se trouvait en Ouganda, où les femmes représentaient 38,2% des entrepreneurs.

La nation africaine est suivie par le Ghana (37,9%), le Botswana (36%), les États-Unis (35,1%) et la Nouvelle-Zélande (31,8%).

Source Koide9enisrael

http://koide9enisrael.blogspot.com/2019/11/israel-4eme-meilleur-pays-au-monde-pour.html

Partager