Partager

Au cours de l’année passée ce sont 28629 personnes qui ont fait leur alyah, c’est-à-dire qui sont montés en Israël. Tendance à la hausse. 12722 sont arrivés depuis la Russie, 5247 d’Ukraine, 2470 des Etats-Unis, 1996 Français ont reçu leur pièce d’identité israélienne, 552 Brésiliens 460 britanniques, 350 argentins et 321 sud-africains. Ont aussi fait valoir leur droit au retour 276 canadiens, 143 australiens, 93 vénézuéliens, 127 mexicains, 143 turcs, 14 thaïlandais et même 5 japonais. Plus étonnant encore, 57 juifs iraniens ont quitté l’Iran pour devenir israéliens.

Cependant le processus d’intégration n’est pas toujours facile. Les principaux obstacles sont l’apprentissage de la langue, l’intégration dans le monde du travail et les différences de mentalité. Les chiffres montrent que 10% des immigrants en provenance de France sont inscrits dans les services sociaux et ont besoin d’assistance. 11% d’entre eux décident même de repartir en France.

Une tendance qui risque de perdurer. Cependant le ministère de l’Immigration et de l’intégration estime faire de gros efforts pour permettre à chaque immigré de se sentir chez lui et de s’acclimater de manière optimale, notamment via des paniers d’intégration -de l’argent donné au nouvel immigrant pendant la 1ère année-, aide à la recherche d’un emploi, financement de l’enseignement supérieur et assistance aux soldats.

« En ce jour de la Alya, nous rendons hommage à toutes ces personnes qui depuis la création de l’état ont tout quitté pour venir en Israël, une immigration indispensable pour renforcer le pays et assurer l’avenir du peuple juif » a déclaré Yoav Glant, le ministre de l’Immigration et de l’Intégration, ajoutant que « Chaque Juif dans le monde devrait voir sa maison et son avenir en Israël ».

Nathalie Sosna-Ofir

Partager