Partager

Bien que son emplacement soit secret, une synagogue existe à Dubaî et l’approbation tacite qu’elle a reçue du pouvoir en place représente une lente renaissance d’une communauté juive en plein essor dans le Golfe Persique, déracinée au cours des décennies après la création d’Israël.

Actuellement, les liens entre les États arabes du Golfe et Israël se réchauffent lentement en raison de leur inimitié mutuelle à l’égard de l’Iran, bien que les inquiétudes concernant l’avenir des Palestiniens demeurent vives. Pourtant, malgré les défis, les responsables de la congrégation de Dubaï affirment qu’ils représentent une présence nouvelle et croissante qui pourrait offrir un aperçu plein d’espoir pour l’avenir.

« Nous avons lentement trouvé notre place dans l’écosystème des Émirats arabes unis « , a déclaré Ross Kriel, président de la nouvelle communauté juive des Émirats, à l’Associated Press. « Cela reflète notre optimisme quant à l’avenir des Émirats Arabes Unis en tant que lieu où nous pouvons communier, contribuer et nous épanouir. »

Bien qu’ils ne reconnaissent toujours pas Israël sur le plan diplomatique, les responsables émiratis ont autorisé les responsables israéliens à se rendre sur place et l’hymne national israélien a été joué après qu’un athlète ait remporté l’or dans un tournoi de judo à Abu Dhabi. L’année prochaine, Israël participera à l’Expo 2020, l’exposition universelle organisée par Dubaï.

La vie juive dans les Émirats tourne maintenant autour de la villa de Dubaï, où un groupe éclectique de visiteurs se réunit pour des prières hebdomadaires, des repas casher et des célébrations de vacances. La synagogue a organisé des cérémonies de Bar Mitzvah et des rituels juifs de circoncision pour les garçons nouveau-nés. Les voisins ne se sont pas plaints de sa présence, même après que les récentes célébrations du Nouvel An juif aient été marquées par un bruit de shofar ou de corne de bélier.

Cependant, la communauté reste prudente et beaucoup ont demandé à ne pas être identifiée.

« Bien que notre communauté soit unique dans le monde juif, nous n’avons pas voulu faire du sensationnalisme ici, a-t-il dit. « Notre vision de l’avenir est une communauté juive qui n’est pas seulement considérée comme un élément normal de la vie aux Émirats arabes unis, mais comme un lieu où les Juifs prospèrent. »

Le gouvernement émirati a marqué cette année ce qu’il appelle « l’Année de la tolérance », qui comprenait une visite du pape François, une conférence interreligieuse incluant des rabbins américains et des évangéliques chrétiens et la création d’un ministère de la tolérance.

Dans le cadre de cet effort, elle a annoncé son intention de construire la maison familiale Abrahamic à Abu Dhabi, qui abritera une mosquée, une église et une synagogue. L’aménagement d’un pays qui s’enorgueillit d’avoir le plus haut bâtiment du monde, des centres commerciaux massifs et l’aéroport le plus fréquenté du monde pour les voyages internationaux, il est présenté comme le lieu de culte juif le plus cher jamais construit, dont le coût est estimé à plusieurs centaines de millions de dollars.

Yehuda Sarna, le nouveau grand rabbin de la communauté juive des Émirats arabes unis, a déclaré que le pays est véritablement devenu « un centre mondial majeur et un point de rencontre entre les religions ».

« Nous sommes invités à cette rencontre, a-t-il dit. « Allons-nous nous attarder sur le passé ou regarder vers l’avenir ? J’ai l’impression que cette histoire n’a pas encore été écrite et que nous allons l’écrire en la vivant. »

Source : DailyMail & Israël Valley

Partager