Partager

Un article de la Dépêche. C’est une erreur qui peut coûter cher. Pendant un repas de mariage, une sexagénaire israélienne a récemment ingurgité du wasabi alors qu’elle pensait manger de l’avocat. Immédiatement, elle raconte avoir ressenti une sensation d’oppression du thorax et une douleur dans les bras. Pourtant, la sexagénaire reste jusqu’à la fin de la fête. Ce n’est que le lendemain, toujours faible, qu’elle est conduite aux urgences.

Là, elle est prise en charge pas une équipe médicale qui lui diagnostique une cardiomyopathie tako-tsubo aussi connu comme le syndrome du coeur brisé. Il s’agit d’un dysfonctionnement du ventricule gauche du coeur suite à un choc ou un stress émotionnel. Cette affection est provoquée par une décharge intense et brutale de catécholamines (les hormones du stress produites par les glandes surrénales comme l’adrénaline). Les patients présentent alors des douleurs thoraciques et des anomalies à l’électrocardiogramme. Décrit pour la première fois au Japon en 1990, ce syndrome signifie  » piège à poulpes » en japonais. Il s’inspire de la morphologie du ventricule gauche lors de la contraction du coeur. Cette cavité ressemble à un piège à pieuvres utilisé par les pêcheurs japonais.

Des médecins israéliens de la revue BMJ Case Reports, se sont penchés sur le cas de cette patiente. Comment une dose de wasabi, si grande soit-elle, peut-elle provoquer un début d’infarctus ? Les scientifiques qui ont réalisé une étude à ce sujet l’ignorent mais supposent que le condiment épicé a réveillé la libération d’une grande quantité de catécholamines, ces hormones à l’origine du stress toxiques pour le coeur.

Source : La Dépèche

 

Partager