Partager

Dans leurs discours à la cérémonie inaugurale de la 22ème Knesset, Benjamin Netanyahu et Reuven Rivlin ont tous deux évoqué « un besoin sécuritaire urgent qui s’impose depuis ces deux derniers mois et notamment ces dernières semaines et qui exige l’union et la responsabilisation de tous ».

Pour Netanyahu cet argument n’est pas nouveau, il s’en sert régulièrement pour renforcer sa réputation de Monsieur Sécurité, mais pour Rivlin il l’est. Et ce besoin ce serait l’Iran qui s’apprêterait à mener contre Israël des attaques à l’image de celles contre des installations pétrolières saoudiennes le 14 septembre dernier.

C’est en tout cas l’estimation de l’establishment de la défense. Cette fois il semble donc qu’il ne s’agit plus de suciter la peur par intérêt politique mais d’une réelle inquiétude suscitée par le comportement audacieux des iraniens dans le golfe Persique.

Des Iraniens qui attaquent les navires internationaux, larguent des drones sur des avions américains et frappent des installations pétrolières saoudiennes, et tout ça tranquillement sans vraiment de réactions de la communauté internationale ni même des américains.

Jérusalem estime à présent, notamment si les sanctions américaines ne sont pas levées ou assouplies, que l’Iran va tenter de faire preuve de la même hardiesse mais cette fois ci contre Israël à la disparition duquel aspire tant le régime des Mollahs.

Et si Netanyahu ne se presse pas pour rendre son mandat au président, c’est car une attaque iranienne pourrait être imminente, ce qui rebattrait sans doute les cartes politiques et forcerait les joueurs à former une union nationale sans tergiverser.

LE PLUS. On en parle dans ma correspondance quotidienne en direct de Jérusalem dans le Grand Journal de Judaiques FM 94.8 ou en podcast sur judaiquesfm.fr.

Partager