Partager

C’est l’israélien Dov Alfon, qui a remporté, à Pau, le désormais traditionnel prix Marianne pour son livre Unité 8200, l’unité d’élite de Tsahal chargée du renseignement d’origine électromagnétique. Une unité qu’il connaît bien de l’intérieur pour y avoir servi et au sein de laquelle il avait atteint les sommets hiérarchiques.

Dov Alfon est un journaliste et auteur israélien. Il était le rédacteur en chef de Kinneret Zmora-Bitan Dvir, la plus grande maison d’édition israélienne. De 2008 à 2011, il a été rédacteur en chef de Haaretz, l’un des journaux les plus respectés au monde.

LE PLUS. Selon larepubliquedespyrenees.fr

Le salon du polar vient de sacrer ce samedi matin à Pau l’auteur Dov Alfon nouveau prix Marianne pour son roman « Unité 8200 ».

Le salon du polar Un aller-retour dans le noir a été inauguré ce samedi matin au Pavillon des Arts à Pau. Il s’y déroulera durant tout le week-end.

L’occasion pour les organisateurs de décerner le quatrième prix Marianne. Après l’Américain Gabriel Tallent l’an passé, c’est cette fois au tour de l’Israélien Dov Alfon de rafler la mise pour son premier roman, « Unité 8200 ».

Un titre qui est le nom d’une unité de renseignement de l’Armée de défense d’Israël. Pays où Dov Alfon fut officier des services de renseignement. Par la suite grand reporter, il a notamment été rédacteur en chef de Haaretz, l’un des plus grands quotidiens nationaux du pays. Il est toujours aujourd’hui correspondant à Paris pour ce média. 

Étaient également nominé les romans « Requiem pour une République » de Thomas Cantaloube, « Nuits Appalaches » de Chris Offut, « Le cherokee » de Richard Morgiève et « L’empreinte » d’Alex Marzano-Lesnevitch.

Partager