Partager

Le ministre des Affaires étrangères Yisrael Katz s’est adressé jeudi à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, où il a profité de l’occasion pour critiquer les critiques d’Israël, déclarant que le peuple juif ne serait pas « séparé de sa patrie » et averti de la menace croissante posée par Téhéran et ses mandataires.

Katz, qui a été annoncé comme remplaçant du Premier ministre Benjamin Netanyahu après l’élection générale israélienne du 17 septembre, a commencé son discours en remerciant le président américain Donald Trump pour son soutien à Israël avant de condamner les plus grands antagonistes israéliens de la région.

S’adressant aux Palestiniens, Katz a exhorté les dirigeants à Ramallah « à mettre fin à l’incitation … et au financement du terrorisme ».

Il a également appelé le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à reconnaître « le droit du peuple juif à son propre État » et à « revenir aux négociations directes sans conditions préalables ».

Le ministre des Affaires étrangères a également exhorté le Hamas, l’autorité au pouvoir dans la bande de Gaza, à libérer « deux citoyens israéliens, Avraham Mengistu et Hisham Al Sayed, ainsi que les corps de deux soldats israéliens, Hadar Goldin et Oron Shaul ».

En outre, Katz a condamné le président turc Recep Tayyip Erdoğan, qui avait accusé Israël d’avoir volé une terre palestinienne tout en remettant en question les frontières souveraines du pays.

Partager