Partager

Le sud de Tel-Aviv en décalage avec le reste de la ville. La plus grosse tache noire sur le tableau de Tel-Aviv reste néanmoins le retard de développement considérable de la partie sud de la ville, au détriment de la zone nord. Autrefois à l’abri de l’actualité, le quartier de la nouvelle gare de bus est en proie à l’insécurité et l’insalubrité, depuis que cet espace a été désigné comme le  point de chute de l’immigration illégale en provenance d’Afrique de l’Est. Les alentours de la rue Levinski sont à présent caractérisés par des appartements en surpopulation, où vivent entassées plusieurs familles, au grand désarroi des locaux. La vétusté qui y règne choque très facilement le visiteur, ressemblant davantage à ce  qu’on pourrait s’attendre à découvrir dans un pays en voie de développement que dans la « start-up nation ».

Par comparaison, les grands axes du centre-ville paraissent presque futuristes à l’égard du délabrement généralisé qui gangrène ce district. Là aussi, la mairie compte bien y remédier. Selon la journaliste Noémie  Grynberg, depuis 2008, une loi interdit la division des appartements en studios indépendants, afin de désengorger les locations malmenées par la surpopulation. Des agents municipaux ont également été accrédités pour accompagner les policiers lors de visites à l’improviste dans les immeubles, afin d’inspecter les domiciles et  vérifier leur conformité. Depuis 2009, 400 logements ont ainsi été dénoncés. Les propriétaires ont reçu de sérieux avertissements et ont été soumis à de fortes amendes (jusqu’à 150 000 shekels). L’électricité de ces habitations illégales a même été coupée sur ordre de la commune.

Certains des immeubles concernés seront évacués pour laisser place à des constructions plus récentes, dans le but d’y attirer une nouvelle population. Le projet prévoit également d’y aménager de nouveaux commerces et de favoriser la création d’activités urbaines, économiques et artistiques. Dans le quartier proche de  « Shapira », les vieilles bâtisses seront remplacées par de nouveaux logements. Le déblaiement permettra l’élargissement des espaces publics de 17 %. La municipalité a également investi des millions de shekels pour le développement du quartier de Névé Shaanan, situé à quelques minutes de la gare de bus. La redécouverte du  quartier voisin d’« Hatikvah », intéresse lui aussi les investisseurs, désireux de faire de cette zone délaissée, le nouveau Tel-Aviv de demain. Gageons que la Ville blanche de 2030 n’aura plus grand-chose à voir avec celle d’aujourd’hui.

 


Sources: The jerusalem Post

http://www.jpost.com/Edition-fran%C3%A7aise/Israel/Tel-Aviv-a-les-yeux-tourn%C3%A9s-vers-le-futur-345011

Partager