Partager

Article basé sur des sources non-israéliennes. (Note IsraelValley : Tous les sujets liés au nucléaire de notre journal en ligne sont exclusivement basés sur des sources non-israéliennes. L’Etat d’Israël n’officialise pas sa réelle puissance pour des raisons sécuritaires. La censure sur ce thème est draconienne en Israël).

Selon National Interest : « Dans sa gamme d’armes, l’armée israélienne détient maintenant cinq sous-marins de la classe Dolphin, fabriqués en Allemagne, qui représentent un atout pour Israël, et même le garant ultime de la sécurité du pays, car si le pays est attaqué par des bombes nucléaires, de la triade nucléaire israélienne (Ter / Air / Mer), c’est la dernière composante qui est la plus susceptible de rester opérationnelle. Les sous-marins peuvent disparaître pendant des semaines, voire des mois, empruntant un itinéraire de patrouille hautement confidentiel en attendant les ordres de lancement de leurs missiles.

Cette  » capacité de deuxième frappe  » repose sur le principe de la dissuasion nucléaire et garantit que les ennemis potentiels y réfléchiront à deux fois avant d’attaquer, sachant que les sous-marins d’Israël seront disponibles pour mener des attaques de vengeance.

Les trois premiers sous-marins ont été lancés avant la guerre du Golfe, en 1988, mais il n’est pas certain qu’ils aient été construits avec des armes nucléaires en tête. Après des années de retards, la construction a commencé en Allemagne au lieu des États-Unis comme prévu à l’origine, avec des systèmes de combat allemands au lieu des systèmes américains. Le plus important, c’est que le projet a été financé par l’Allemagne ; Berlin se serait senti obligé de financer deux des sous-marins, et s’est partagé le troisième parce que l’application laxiste de la non-prolifération par l’Allemagne avait partiellement rendu possible le programme d’armes nucléaires et chimiques de l’Irak.

Les trois premiers sous-marins, Dolphin, Leviathan et Tekuma, ont été mis en service au début des années 1990 et mesurent 187 pieds de long, déplacent 1 720 tonnes submergées et peuvent plonger à 1 148 pieds.

La portée des missiles est inconnue, mais estimée autour de deux cents kilotonnes, ce qui les rendrait environ quatorze fois plus puissants que la bombe larguée sur Hiroshima. Quel que soit le missile, une portée de 932 milles lui donne la capacité -de frapper la capitale iranienne de Téhéran, ainsi que la ville sainte de Qom et la ville septentrionale de Tabriz, depuis une position au large des côtes de la Syrie.

Le fait d’avoir trois sous-marins en service signifie généralement qu’au moins un sous-marin est en mer à un moment donné, ce qui est une nécessité pour une force de dissuasion nucléaire en mer. Selon des sourcenon-israéliennes, la classe Dolphin transporterait jusqu’à seize torpilles et missiles ; si la tâche principale des sous-marins est la dissuasion nucléaire, la moitié de son espace d’armement pourrait être affectée au transport d’armes nucléaires. Le résultat est qu’à tout moment, Téhéran se trouve probablement dans la ligne de mire nucléaire d’un sous-marin israélien.

Le gouvernement allemand vient tout juste de donner son feu vert pour une nouvelle série de trois autres dauphins. Ces nouveaux sous-marins devraient être prêts au moment où les trois bateaux de première génération vieilliront, ce qui permettra à Israël de disposer d’une flotte de six sous-marins dans un avenir prévisible. La dissuasion nucléaire israélienne basée en mer est là pour durer ».

Source : National Interest

Partager