Partager

TransTech (Tel-Aviv) 2019 est une conférence internationale sur le transfert de technologies et la coopération technologique qui réunit chaque année des sociétés, des start-ups, experts et spécialistes les plus innovants . Elle se tiendra le 30 Octobre de 12h30 à 18heures au Centre de Tel-Aviv.

3. Contact : Jeanine Tuil. CCIIF – Israel-France Chamber of Commerce. +972 3 533 33 06
4. Communication de « TransTech ». David KRIEF +33 1 86 96 23 73
5.  Chief Advisor : Ron Waldman.
6. Expert Innovation : Yossi Dan (Board Member CCIIF).
7. Conseillers du Commerce Extérieur Président à Tel-Aviv : Anne Baer.
8. BusinessFrance Israël (TBC To be Confirmed).
Cette conférence est orchestrée par Dr Daniel Rouach , Président de la CCIIF.et Professeur  permanent à ESCP Europe. Maître Stéphanie Molho,Vice-Présidente de la CCIIF et Shiran font partie de l’équipe « Commando » de cette conférence qui est marquée par un point essentiel : les guests speakers  engagent un networking après leur intervention (qui n’est jamais un exposé promotionnel et d’autosatisfaction!).
Special Advisors : François Petit (Ambassade France à Tel-Aviv) et Dan Catarivas (MEDEF Israélien) et BusinessFrance Tel-Aviv (TBC).

Transtech réunira des chefs d’entreprises français et israéliens, des universitaires de haut rang, des entrepreneurs internationaux et des fondateurs de start-ups innovantes. Ils viendront décrire leur parcours, exposer leurs visions et leurs plans pour l’avenir de leurs entreprises. L’objectif de cette conférence est d’établir un véritable pont économique et commercial entre la France et Israël en permettant la rencontre de personnes clés des deux pays.

Ce colloque a pour spécificité d’instaurer un véritable dialogue entre le speaker et son public. En ce sens, tous les intervenants seront accessibles et disponibles, que ce soit lors des sessions comme en dehors. C’est donc une chance extraordinaire pour tous de retrouver le même jour en un même lieu, autant de décideurs d’aujourd’hui et de demain.

Grâce à cet évènement qui va accueillir de nombreuses personnalités, la CCIIF souhaite poursuivre les actions qu’elle mène depuis plusieurs années : offrir aux acteurs économiques un accès à une plateforme d’informations et d’interactions favorable au développement des relations économiques France-Israël.

LE PLUS. TRANSTECH EN 2018. Alors qu’Israël figure de nouveau dans le classement 2018 des 10 pays les plus innovants au monde, la France est venue s’inspirer de la start-up nation lors de la 8ème édition de la conférence internationale Transtech qui a eu lieu dimanche à Tel Aviv. Cette année, c’est autour du leitmotiv « France is Back », prononcé par Emmanuel Macron le 24 janvier à Davos, que la Chambre de Commerce et d’Industrie Israël France (CCIIF) a organisé cette conférence dédiée au transfert de technologie et qui réunit chaque année les sociétés, les start-ups, experts et spécialistes liés au monde de l’innovation.

Parmi ces professionnels, les représentants de Renault Israël, STMicro electronics et EDF étaient présents, ainsi que nombreux experts et entrepreneurs israéliens, et une délégation de 45 étudiants et professeurs de l’école ESCP Europe. « Ca nous parait vraiment être le lieu évident où être après la Silicon Valley, avec Paris aussi », a déclaré Antoine Basseville, directeur de l’Open innovation Lab Tel Aviv Renaud à i24NEWS. L’objectif de cette conférence est d’établir un véritable pont économique et commercial entre la France et Israël en permettant la rencontre de personnes clés des deux pays, ont affirmé les organisateurs dans un communiqué.

C’est aussi l’occasion de « mettre en avant tous les acteurs économiques présents en Israël et particulièrement les francophones, les réussites françaises et européennes dans le pays », a précisé à i24NEWS le directeur du CCIIF, Daniel Rouach. « Israël a un savoir-faire en matière de transfert de technologie dont la France pourrait s’inspirer », a-t-il assuré. « Vous n’avez pas une université israélienne de renom qui n’a pas un centre de transfert technologique pour aider les chercheurs à valoriser leurs technologies et leur savoir-faire », a-t-il ajouté.

Partager