Partager

Chaque année, l’université Yale publie son étude « indice de performance environnementale » qui classe 180 pays selon 24 indicateurs de performance répartis en dix catégories couvrant la santé environnementale et la vitalité des écosystèmes. Ces mesures donnent une idée, à l’échelle nationale, de la mesure dans laquelle les pays se rapprochent des objectifs établis en matière de politique environnementale. Ce classement offre donc un tableau de bord qui met en évidence les leaders et les retardataires en matière de performance environnementale, donne un aperçu des meilleures pratiques et fournit des conseils aux pays qui aspirent à devenir des leaders en matière de durabilité.

Dans le dernier classsement, c’est Israël qui se classe premier sur la zone du Moyen-Orient et de l’Afrique et 19e au classement mondial du PEV, avec un score de 94,14 pour la santé environnementale et de 62,25 pour la vitalité des écosystèmes.

L’une des principales préoccupations d’Israël était la pénurie d’eau potable, qui a été résolue par Mekorot, la compagnie nationale israélienne de l’eau. Les pratiques de dessalement et de recyclage de l’eau de mer de la société sont utilisées comme modèles dans le monde entier, de l’Inde, Chypre et l’Ouganda à la Californie du Sud. Avec une forte croissance économique, l’investissement d’Israël dans l’innovation, tant au niveau national qu’international, a été la clé de son développement durable, selon l’ONU.

Dans le classement et sur la zone Moyen-Orient et Afrique, les dauphins d’Israël sont le Qatar (2ème), les Seychelles (3ème), le Maroc (4ème) et la Tunisie (5ème).

Au niveau mondial, le trio de tête est composé de la Suisse, de la France et du Danemark.

Source : Business Chief & Israël Valley

Partager