Partager

Adapté d’un article paru dans Maariv le 29 septembre 2019

A l’issue de l’année 5789, le Jerusalem Post a établi son classement annuel des personnalités juives les plus influentes dans le peuple juif. Au sommet de cette liste de cinquante personnes, on trouve pour la première fois Yossi Cohen, le directeur du Mossad. Parmi les motifs relevés, il est noté que depuis 3 ans et demi à la tête du Mossad, Yossi Cohen, 58 ans, a transformé cette agence et en a fait une organisation qui prend d’énormes risques et qui a changé la face de l’Histoire. Parmi les exploits principaux, le « vol » des archives nucléaires iraniennes à Téhéran et la persusasion de pays d’Afrique et du Golfe de rendre publucs leurs relations avec Israël.

En seconde place ont trouve David Friedman, ambassadeur des Etats-Unis en Israël, pour sa proximité avec Donald Trump et son influence sur la politique pro-israélienne du président américain. David Friedman a joué un rôle majeur dans le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem et la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan.

En troisième position arrive le Premier ministre Binyamin Netanyahou. L’une des raisons de cette « regression » est la situation politique quasi-insoluble qui laisse à penser que nous nous sommes au début de la fin de l’ère Netanyahou. Même s’il reste finalement au pouvoir, son influence magistrale dans les affaires intérieures et extérieures va peu à peu s’étioler.

Jusqu’à la dixième place suivant dans l’ordre: ex-aequo Benny Gantz et Yaïr Lapid (4). Singal Mandelker (5), sous-secrétaire au Trésor des Etats-Unis, spécialiste du financement du terrorisme et cheville ouvrière des sanctions américaines contre l’Iran, Avigdor Lieberman (6), Barri Weiss (7) rédactrice au New York Times, Volodymyr Zelensky (8) président de l’Ukraine, Ron Lauder (9), président du Congrès juif mondial et la Prof. Marcelle Machlouf(10), doyenne de la Faculté de Biotechnologie et de Génie Alimentaire de l’Institut Technion.

 

Partager