Partager

Bientôt un vaccin contre le mélanome ? (Santé)

Forme parmi les plus dangereuses de cancer de la peau, le mélanome pourrait bientôt être de l’histoire ancienne grâce à un vaccin. Des scientifiques de l’Université de Tel-Aviv ont testé avec succès, sur la souris, un vaccin contenant deux anticorps. Chez les souris déjà malades, la mixture a permis de retarder nettement l’évolution de la maladie en stimulant le système immunitaire pour qu’il attaque mieux les cellules malades. Chez les souris en bonne santé, le vaccin a eu un effet préventif : aucune n’a développé de cancer. Les chercheurs estiment que leur traitement pourrait aussi être efficace contre d’autres cancers.

L’exposition au soleil est le principal facteur de risque de mélanome. Le mélanome, également appelé cancer du système pigmentaire, est une tumeur maligne des mélanocytes, les cellules qui fabriquent la mélanine.

http://letourdumondedelinnovation.latribune.fr/

LE PLUS. 5 choses à savoir sur le mélanome

 

Si le mélanome est le moins fréquent des cancers de la peau, il est aussi le plus grave. Il doit être détecté dès le début de son évolution pour une prise en charge précoce. Peut-on être touché si l’on a très peu de grains de beauté ?  Quelles sont les zones du corps les plus à risque de mélanome ? On fait le point.

Le mélanome représente environ un peu plus de 10 % des cancers de la peau, mais sa fréquence est en constante augmentation depuis un demi-siècle.

La plupart des mélanomes ne se forment pas sur un grain de beauté

Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas parce que l’on présente très peu de grains de beauté (naevus) que le risque de mélanome est moindre. Les trois-quarts des mélanomes se forment en effet en dehors d’un grain de beauté préexistant.

L’exposition au soleil est le principal facteur de risque de mélanome

Le mélanome, également appelé cancer du système pigmentaire, est une tumeur maligne des mélanocytes, les cellules qui fabriquent la mélanine. Or, des expositions solaires à répétition favorisent le dérèglement de ces cellules.

Les experts s’accordent sur le fait qu’une très grande majorité de mélanomes (70 à 80 %) sont imputables à une exposition solaire trop intense ou trop fréquente tout au long de la vie, surtout si elle survient dès l’enfance. Les coups de soleil dans l’enfance jouent u rpole important : selon les conclusions d’une étude de 2014,  seulement cinq coups de soleil avec cloques attrapés durant l’adolescence suffiraient à augmenter le risque de mélanome.

Autre facteur de risque : une exposition aux rayons UV artificiels des cabines de bronzage. De nombreux travaux  scientifiques ont démontré le lien entre l’exposition aux cabines de bronzage, même une seule fois, et le développement d’un mélanome. Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le risque de mélanome est augmenté de 60% pour les personnes ayant effectué une première exposition aux UV artificiels avant l’âge de 30 ans.

Partager